A la SNCF on faisait grève le 9/03 ! … et pourquoi on en refera encore ?

AA trainPar un heureux hasard syndical, rempli de mystères syndicaux, ce Jeudi 9 mars était un jour de grèves multiples en France.

Les origines en sont bien sur différentes, mais à y regarder de plus près on en distingue le tronc commun.

Pourquoi les Cheminots faisaient ils grève ce jeudi 9 mars ?

Les rails vont être ouverts à la concurrence.  Des trains autres que ceux de la SNCF vont pouvoir rouler sur les rails Français. Cela oblige tout de même à harmoniser les règles de travail des divers opérateurs ferroviaires qui vont emprunter les mêmes voies ferrées.  Tout se complique, la concurrence arrive !

Jusqu’ici bien cachés dans leur confortable monopole du transport ferroviaire,  ou le passager est un usager et pas un client,  les salariés de la SNCF appelés ‘cheminots‘, dont les trois quarts des effectifs sont regroupés syndicalement dans les 4 syndicats CGT, SUD, Unsa et CFDT, ont réussi à obtenir le maintien de leur statut très spécial et des très profitables avantages, au cours de négociations avec leur vrai patron, l’Etat, qui fait payer par les déficits, donc par l’impôt de tous, son incapacité à résister aux demandes d’avantages exorbitants des syndicats SNCF qui peuvent paralyser la France en un rien de temps.

Aujourd’hui, la négociation avec l’Etat consiste à ‘harmoniser’ les conditions de travail exigées et imposées à tous les opérateurs qui feront circuler leurs rames de trains sur les rails de RFF Réseau Ferré de France. c’est a dire Public et privés sur les mêmes rails.

Et l’écart de départ est énorme.  Par exemple il faut savoir qu’aujourd’hui,  les salariés des entreprises ferroviaires privées bénéficient de 104 jours de repos, alors que les cheminots SNCF en comptent 130 pour les ‘roulants’ .   Pour ce qui concerne le transport de fret, un rapport datant de 2014 de l’Union du transport public, estime que pour un même service de fret, le privé avait besoin de près de 30 % de personnel en moins que la SNCF, du fait des règles sociales exorbitantes en vigueur, accordées aux agents de l’entreprise publique.   Le même calcul réalisé pour le transport voyageur estimait a 18% de personnel nécessaire en moins que la SNCF pour un service équivalent.   Et bien d’autres points très croquignolets, doivent être vus dans cette discussion.

Voila ce qu’a donné une gestion des entreprises d’ Etat, gérées en aveugle par des gouvernements peureux et fragiles, achetant la ‘tranquillité’ grâce aux déficits toujours plus lourds et assumés par l’impôt, dans un cadre de gestion les mettant face aux syndicats outrancièrement revendicatifs, ayant la double arme, du droit de vote (pour choisir son patron l’ Etat)  et du droit de grève pouvant paralyser un service pourtant public.  Ils ont eu la partie facile face à un Etat faible, qui devant leur pouvoir de nuisance et le risque électoral, économique et social, a toujours cédé face à la SNCF et autres entreprises nationales d’Etat..

Alors sans concurrence le problème a envahi depuis 1945 l’ensemble des entreprises publiques d’Etat (SNCF, EDF, SNCM, etc etc) et cela à totalement pollué le climat social revendicatif d’une France coupée en deux parties distinctes,   celle du Public qui a un ‘Statut‘,    et l’autre  celle du Privé qui a un contrat !.

Cela a été la fuite en avant permanente de la gestion raisonnable de la SNCF, pour obtenir la tranquillité sociale, dans ce secteur sensible du transport ferroviaire.  Chaque grève dure à fait capituler le gouvernement, quel qu’il soit.

Le gouvernement par son ministre chargé des transports Alain Vidalies, prépare aujourd’hui la mouture du ‘décret’, qu’il doit révéler avant le 15 avril,  régissant les règles de travail s’appliquant de la même façon aux cheminots de la SNCF, qu’aux entreprises ferroviaires concurrentes qui pour le moment ne concernent que le transport de fret, mais qui plus tard, concernera aussi le transport voyageurs, lors de l’ouverture à la concurrence du transport de voyageurs sur le réseau français.

A manif perpA la SNCF les nerfs syndicaux sont à vif, l’avant projet prévoit de ramener à 115 le nombre de jours de congés qui sont de 130 aujourd’hui, et simplement de 104 dans le privé.  Il sera très difficile de trouver un équilibre entre deux systèmes, dont un fonctionne financièrement à l’aveugle, sans tenir compte de quelque rentabilité que ce soit grâce au déficit de l’Etat, et le privé, qui doit assumer seul la rentabilité de l’entreprise sur ses seules recettes réelles.   Alain Vidalies avec ce décret à ‘pondre’ peut s’attendre à quelques journées de grèves et de manifestations dont il n’aura pas à rougir face à sa collègue Myriam El Khomri.

Nous vivons des journées vraiment extraordinaires ! 

La réalité économique explose aux yeux des Socialistes au pouvoir !

Les  ministres borgnes seront ils  les Rois du  Socialisme aveugle ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s