Le vieux Vinyl du Dimanche 13/03/2016

disque standardComment dans notre chronique hebdomadaire et dominicale  » Le vieux Vinyl du Dimanche » ne pas parler aujourd’hui 13 mars, de Jean Tenenbaum qui nous à quitté il y à déjà 6 ans.

Celui qui se cache derrière ce nom de naissance Jean Tenenbaum n’est autre qu’un des chanteurs auteurs compositeurs les plus talentueux que la France ait connu. Jean Tenenbaum n’est autre que Jean FERRAT.

C’est en voyant sur la carte de France la ville de St Jean Cap Ferrat que Jean Tenenbaum prit le nom de FERRAT pour nom de scéne.

Né d’un père artisan joallier,  juif Russe, naturalisé Français en 1928, et d’une mère Auvergnate, Jean est arrivé en ce monde le 26 décembre 1930, dernier fils d’une fratrie de 2 frères et une sœur ainée.   Il a dix ans au début de la seconde guerre mondiale, et restera marqué toute sa vie par le vécu de cet épisode sanglant, cruel et barbare.  Son père obligé de porter l’étoile jaune, est raflé en 1942 et meurt déporté à Auschwitz.  Sa mère se réfugie en 1942, en Cerdagne , à Font Romeu, ou elle trouve refuge et soutien  deux années durant et ou jean étudiera et suivra les cours de 6eme et de 5eme. revenus à Versailles en 1943, ils reviennent chercher refuge à Perpignan en juin 1944 afin de fuir les combats de la libération qui s’annonce.  Arrivés a Perpignan la sœur ainée Raymonde est arrêtée et incarcérée à la citadelle, sa mère est interrogée par la gestapo. Ils attendent un mois entier la libération de sa sœur en vivant dans un hôtel Perpignanais, puis filent sur Toulouse et l’Ariège, ou ils sont hébergés et cachés par une famille paysanne de résistants Ariégeois.  Cette période de sa vie marquera a jamais jean Tenenbaum et ressortira de ses œuvres lorsqu’il deviendra Ferrat.   C’est en 1954 qu’il abandonne définitivement ses études d’ingénieur chimiste, pour se consacrer pleinement a la vie d’artiste compositeur parolier chanteur.

En 1956 c’est André Claveau, le chanteur en vogue du moment, interprète son titre Les Yeux d’Elsa, inspiré d’un poème de Louis Aragon et en fait son premier succès de parolier compositeur, et le début d’une longue aventure qui le liera à son public jusqu’à sa mort, et même au delà puisque notre chronique du jour en est le témoignage. Dans son engagement et son idéal ‘communiste‘ il a toujours été très prudent et libre dans ses rapports avec le Parti Communiste Français, dont il a très souvent , sévèrement et cruellement critiqué les positions et les errances politiciennes.

Dans son immense discographie, voici quelques Vinyls inoubliables en hommage à Jean Ferrat

Tout d’abord « Ma France  » , il la définit si bien

Ensuite et très logiquement  « La Montagne  »

Poursuivre et comment ne pas « Aimer a perdre la raison « 

Et lui qui n’est plus la,  vous le dit : « Que c’est beau la Vie « 

Et pour prolonger le plaisir, 1Heure 30 de l’ émission en hommage de FR3

Bon dimanche à tous

disque standard

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s