L’Autriche et l’Europe très malades On en avait déjà la preuve en 2014

A euroA Vienne les élections ont finalement rendu leur verdict. Ce scrutin totalement improbable voyait Norbert Hofer candidat du Parti de la liberté d’Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), sorte de FN à la mode Autrichienne, c’est à dire viennoiseries en plus, parti populiste et nationaliste créé en 1956 par Anton Reinthaller, qui était un ancien nazi,  opposé dans ce deuxième tour à un candidat écologiste Alexander Van der Bellen, montre bien que l’Autriche ne « tourne pas bien rond ».

Le score  confirme cette impression 50,3% contre 49,7%  ce scrutin serré a été départagé par les votes par correspondance.

Quand l’extrême droite est opposée aux écologistes, on peut se poser la question : « que sont devenus les autres partis dits traditionnels ? »

a wURTZMais si l’Autriche ne va pas bien, cela ne date pas d’hier.  Elle avait même envoyé un ‘signal’ fort de détresse en 2014 au reste de l’Europe.  Laquelle loin d’en tenir considération a valorisé ce SOS comme s’il était une bouffée de liberté et de création artistique absolue.  Une sorte de clin d’œil effectué par un borgne.

Rappelez vous il y a juste deux ans, le concours de l’ Eurovision.  C’est le, ou la, selon que l’on veut chanteur ou chanteuse, l’ Autrichien (ou chienne) Conchita Wurtz alias Thomas Neuwirth qui représentait l’ Autriche.   La preuve absolue que les autrichiens n’étaient pas bien et n’étaient plus en mesure de différencier un homme d’une femme nous était donnée en pâture Eurovisionnesque.

Si un pays ne peut plus faire de différence entre ces deux sexes, non pas en qualité ou une femme vaut bien sur totalement un homme, (sauf en islam) Comment voulez vous que les Autrichiens puissent ensuite différencier l’extrême droite de le droite, de la gauche et de l’extrême gauche. Tout est pareil, porte un soutien gorge des bas résilles et se rase la barbe le matin devant sa glace en se posant la question : qu’est ce qui est normal dans ce pays.  Mais la même question peut se poser en Europe, laquelle a vu dans Conchita le ou la gagnante de l’Eurovision 2014  « one point for Austria »

Quelle leçon sera tirée de ce scrutin Présidentiel Autrichien ?  Rassurez vous .. Aucune.

Certains continueront d’affirmer que les idées d’extrême droite se propagent dangereusement, ce qui est une affirmation pour le moins légèrement insuffisante qui ne permet pas de qualifier de nazillons les 49,7% d’Autrichiens qui ont voté FPÖ.   Les autres diront que dans un sursaut salvateur (et par correspondance) les Autrichiens sont de véritables novateurs qui ont osé mettre un écologiste à leur Présidence.   On est obligés de considérer que l’extrême droite ne fait plus peur dans bon nombre de Pays Européens. Face à cela les ‘partis de gouvernement’ qui ont été totalement balayés lors du 1er tour ont même été incapables de bricoler rapidement un ‘front républicain’ .  C’est donc la très petite marge d’électeurs encore aptes à trouver des nuances dans la politique qui a fait la différence minime du résultat final.

On peut affirmer sans rire que tout le monde a gagné…. comme Conchita Wurtz ?

Les pro Alexander Van der Bellen qui ont remporté mathématiquement le scrutin.

Les pro Norbert Hofer qui a hissé son parti au perron présidentiel, et qui lui donne la perspective d’une victoire prochaine aux élections législatives a venir en 2018, qui sont beaucoup plus importantes pour le sort de l’Autriche.  Le FPÖ en gagnant quinze points entre le premier et le second tour a enfoncé le plafond de verre qui n’existe plus dorénavant en Autriche.

Ce scrutin, comme sans doute celui du Brexit, et bien d’autres en Europe s’est déroulé sous la double actualité de la crise migratoire, et de l’Euroscepticisme qui prospère dans une Europe mal gouvernée, sans pilote bien défini, errant entre deux crises, ballotée au gré des alliances d’opportunité entre états

L’Autriche est coupée en deux, et l’Europe entière de même.  Les deux morceaux qui la composent ne sont pas la Droite et la Gauche, ni l’extrême droite et l’extrême gauche.  La frontière entre ces deux hémisphères Européens se situe au niveau de la conception même de la nationalité et de l’Europe.   On est soit nationaliste soit fédéraliste ! .. cette partition jouera la différence tant que l’Europe restera ce qu’elle est aujourd’hui, c’est a dire un gloubiboulga multiforme incompréhensible et compliqué,  ou chacun prie pour sa paroisse nationale en essayant d’obtenir quelques subsides Européens de Bruxelles qui est de toute façon critiquée par tous les partis au pouvoir dans un élan commun qui veut que ce qui est bon pour le Pays provient du parlement national et du gouvernement qui le décide,   alors que ce qui est mauvais, compliqué et difficile c’est Bruxelles et l’Europe qui l’impose.   Comment voulez vous avoir l’esprit Européen après cela ?

Un autre moment de vérité suivra l’élection à la Présidence Autrichienne (sauvée de justesse), ce sera le Brexit en juin.  Quel qu’en soit le résultat, si l’Europe ne se réforme pas en se fédérant d’avantage et en amplifiant ses compétences sur les parlements nationaux, cela en sera fini du rêve Européen.

L’Autriche vient d’élire un Président par défaut.  Elle a fait au deuxième tour ce qui est devenu un classique en France, c’est a dire éliminer celui qu’on ne veut pas.  Cette élimination a tenu a 0,3% d’électeurs.  Le système veut ça, incapables de choisir celui que l’on préfère au premier tour, on en est réduits à éliminer celui qu’on ne veut surtout pas au second.

La droite extrême est en capacité de revendiquer le pouvoir en Europe .

L’exemple de l’Autriche illustre cruellement cette percée électorale.   Ce scrutin Autrichien est un avertissement y compris pour la France qui ferait bien d’en prendre considération.   Paradoxalement, parmi les candidats à la primaire, l’ancien Président Sarkozy qui dispute le programme et l’électorat au FN,  se présente en ultime rempart contre lui.  Il oublie sans doute qu’en pareille circonstances l’électorat préfère toujours l’original FN à sa pâle copie Sarkozy. Rappelons que ce même Sarkozy qui avait lors de son élection, ramené le FN de 16,86% (contre Chirac en 2002) à 10,44% en 2007,  le laisse à la fin de son quinquennat au score record de 17,90% lors de la présidentielle de 2012 qui lui fut fatale.   C’est tout dire de son ‘efficacité’ comme rempart anti FN.     Doit on attendre le salut d’un pareil sauveteur ?    Ne pourrait on pas choisir pour une fois le Président que l’on préfère ?   La procédure de la primaire ouverte à tous donne au moins la possibilité de faire un premier choix beaucoup plus large qu’un simple représentant désigné par un parti, dont qu’il soit, de droite ou de gauche, aucun ne dépasse 150.000 militants.

Allez vite concentrons nous sur un moment de charme pileux et Autrichien avec Conchita Wurtz

Certains diront:  La Barbe l’ Europe ! et l’Eurovision ... Alors que la 1ere vraie femme à barbe connue et célèbre fut la Française Clémence Lestienne (1839-1919), habitante de Boulogne-sur-Mer, marchande de pain d’épices sur les foires et les marchés de la région du Nord-Pas-de-Calais

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s