Catalans et Basques, réaction différente au nom de la région !

ARTICLELes Catalans reconnaissent aux Basques leur spécificité linguistique, leur esprit, traditions et coutumes maintenues et entretenues soigneusement. Il existe pourtant une différence de taille, qui n’est pas due à la différence de climat, Océanique pour les Basques et Méditerranéen pour les Catalans .                                            Les deux appendices de la France (Basques et Catalans) sont tous deux rattachés fraternellement, linguistiquement, culturellement, à chaque bout des Pyrénées, à leur pendant ibérique, la Puissante Région Basque et la Généralitat de Catalunya.  Leur intégration dans les nouvelles grandes régions Françaises n’a pas eu le même écho à chaque bout des Pyrénées.  Bizarre, car les Basques n’ont pas plus de lien avec l’appellation Nouvelle Aquitaine qui leur a été collée que les Catalans avec l’appellation  Occitanie  !

Pourquoi cette différence de réactions face à un même traitement ?

 

AA BasqueNous avons en ce moment un exemple évident de la différence essentielle qui existe entre Basques et Catalans. Pour être précis il convient de préciser que cette différence essentielle concerne les Elus Basques et Catalans.

Alors que dans notre Pays Catalan nos maires se disputent pour ne pas fusionner dans des communautés de communes ou d’agglo ou ils perdraient eux même une part de pouvoir ou d’intérêt personnel, les plus beaux exemples sont les ‘batailles’ historiques de Jean VILA le maire de Cabestany pour ne pas rentrer dans l’Agglo de Perpignan, et à présent le ‘combat’ de Joseph PUIG le ‘maire’ de Claira et le ‘père’ d’une communauté de Salanque Méditerranée qui va même chercher dans l’Aude des communes adhérentes pour ne pas être absorbée naturellement par la communauté urbaine de Perpignan.

Comme on peut le voir en Roussillon, en terre Catalane le « ridicule » ne tue pas, il est même récompensé par les électeurs, car Jean VILA (communiste) et Joseph PUIG (maire lotisseur) sont réélus par leur électorat qu’ils ensorcellent avec leur ‘démagogie’ de comptoir de café, matinée de prétendue défense des intérêts qu’ils appellent communaux pour ne pas dire personnels.. Ils sont de plus élus au Conseil Général c’est tout dire si le côté intérêt ‘général‘ est éloigné du Conseil .

Certains élus des Pyrénées Orientales se réveillent Catalans, juste pour déplorer que le nom Catalan ne soit pas accolé au nom régional d’ Occitanie.  Ils trouvent la un combat à la hauteur de leur compétences, c’est à dire perdu d’ avance. Mais qu’ont ils fait auparavant, sinon que conserver chacun  jalousement leur petit  pré carré électoral.  Avant de parler de ‘Pays Catalan’ qu’ont ils fait pour le construire ? 

Au Pays Basque il en va tout autrement, l’ Esprit Basque a une âme qui les pousse à  la recherche de l’intérêt général du territoire par rapport aux petites et minables ambitions électorales personnelles.. Les Basques eux ne sont pas gênés que leur région s’appelle Nouvelle Aquitaine.  Eux ils ont pris les devant, intelligemment, dans l’intérêt général du Pays Basque et ils ont créé une puissante « Communauté Basque« .

L’état n’ayant jamais accepté de leur créer une communauté spécifique, ou un département spécifiquement Basque, comme il a été accordé et réalisé, sans doute grâce a leur insularité pour les Corses.  Les Basques s’emparent de la Loi Notre régissant l’organisation territoriale pour essayer de créer une EPCI Etablissement Public de Collaboration Intercommunale constitué à partir de la fusion possible des dix EPCI  existantes du Pays basque (deux communautés d’agglo et huit de communes), ce qui donne corps a une communauté Basque composée au total de 158 communes et regroupant 295 971 habitants.

Les Basques ne se sont pas réveillés lorsque la région dont ils font partie a été baptisé Nouvelle Aquitaine, Eux c’est depuis l’été 2015 qu’ils bougent.   Les présidents des dix intercos existantes se sont associés au comité de pilotage et ont étudié tous les avantages et inconvénients de ce grandiose projet qui transformerait leur communauté en plus grande (et cohérente) intercommunalité de France. Il ressort que l’intérêt de ce projet n’est pas uniquement identitaire, même si cette notion est importante, elle ne cache pas l’intérêt avoué de se regrouper pour peser économiquement et politiquement dans la Grande Région Nouvelle AQUITAINE ayant absorbé Le Limousin et Charente Poitou, et ou le petit ‘timbre’ Basque veut être entendu et peser réellement en étant unitaire.

Une instance originale et typiquement Basque, « Lurraldéa«  ou se côtoient société civile et élus à conclu que la faisabilité d’une interco à l’échelle de l’ensemble du territoire Basque est réalisable et souhaitable, sous réserve de trouver des solutions pour la gouvernance. Et pour cela les élus doivent prendre leurs responsabilités.

Cette fin Février la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) a transmis le dossier au préfet qui devrait acter le schéma rapidement. Le processus est en marche et doit entrainer le vote des 158 conseils municipaux concernés..

C’est déjà une réelle leçon de conscience politique que viennent de donner les élus Basques, aux très égoïstes et peu clairvoyants élus Catalans.  Joseph PUIG, Jean VILA et quelques autres fleurons du charcutage territorial à des fins d’ambitions et d’intérêt personnels, en sont de brillants exemples.  Ici dans les Pyrénées Orientales, on pétitionne contre le nom Occitanie.  Un combat de papier servant une armée de lâches.

AA BasqueVous avez compris maintenant pourquoi le drapeau Basque flotte bien mieux que le drapeau Catalan ?  …. Les portes drapeaux sont bien meilleurs.

En Pays Catalan le vrai problème est moins le nom Occitanie que l’incompétence et les ambitions personnelles de bon nombre d’élus, toujours aptes a se plaindre, jamais a créer collectivement.

Le conseil départemental et sa majorité sont exemplaires à ce sujet, ainsi que les parlementaires députés et sénateurs qui ne pensent qu’a leur réélection future, et sont prêts a surfer sur tout mouvement pour en accaparer la cause, sans l’avoir défendue auparavant.  Il ne suffit pas comme le font certains, de mettre un panneau Pays Catalan à l’entrée du village pour prétendre défendre le territoire.  Cela restera anecdotique, et l’anecdote ne fait pas l’histoire d’un territoire.

Peut être a t’on les élus qu’on mérite !

ARTICLE

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s