Perpignan : La Police, Abdel et Léo devant la Justice ! Faits Divers ?

L’histoire ci dessous n’a rien a voir avec le terrorisme. Elle dépend totalement de ce que certains magistrats appellent l’incivilité et ce que la Police mais aussi l’énorme, l’immense majorité de citoyens appellent la délinquance. En France on a du mal à placer les mots face aux maux !

POL JUSTLe 7 juillet, jour de Finale de Football,  jour de fête.  Le résultat malheureux du match n’a pas empêché des regroupements festifs à  Perpignan comme ailleurs.  Mais à Perpignan, il y avait ABDEL. Ce jeune de 21 ans déjà possesseur de 15 condamnations diverses par le tribunal est bizarrement venu fêter la ‘défaite‘ de l’équipe de France sur la place de la Victoire.  Il utilise pour se déplacer une moto qu’il monte sans casque, et pour faire plus ‘viril’ il se permet de faire un exercice sur une seule roue devant les forces de polices qu’il connaît, et qui le connaissent bien, vu les relations tissées au cours des 15 condamnations précédentes.  Il les interpelle (et oui il n’y a pas que la police qui interpelle) en leur lançant a la volée  » PD on vous a niqués bandes de bâtards « .   Ce poème amical a peine déclamé a la face de l’équipe de policiers, Abdel s’est étonné que ceux ci l’interpellent et l’arrêtent. En essayant de se libérer de l’étreinte policière,  Abdel qui se prétend asthmatique et craignait d’être ‘étouffé’ par l’amicale pression des forces de police, à appelé à sa rescousse quelques connaissances qui gravitaient sur les lieux.  Une quinzaine d’amis d’Abdel viennent interférer avec l’arrestation, et menacer à leur tour les forces de l’ordre qui sont contraintes d’appeler du renfort.  A l’arrivée de ceux ci, et devant leur intervention efficace les ayant contraint à utiliser le flash ball, tout ce petit monde de solidarité et d’assistance fraternelle s’égaille aux alentours.

C’est parmi ces spectateurs que la police reconnaît un ami d’Abdel qui était intervenu contre eux afin de ‘secourir’ l’asthmatique, en leur jetant des pierres.  Ce n’est autre qu’une autre jeune mais déjà vieille connaissance, prénommé LEO qui est également sur diplômé, puisque détenteur d’une quinzaine de condamnations diverses dont celles de violences avec récidive.

Ce jeune Léo est également arrêté, non sans problèmes puisqu’il se débattra, et au cours de sa garde à vue il occasionnera même des dégâts dans les locaux de rétention.

Placés en détention alors que Léo en sortait à peine en Octobre , ils passaient tous deux le même jour mais séparément au tribunal de Perpignan ou ils devaient répondre ce Mercredi 13 juillet en procédure dite de ‘comparution immédiate’ pour les des faits de « Outrage à agents exerçant une mission de service public » .et de.   » provocation, rébellion en récidive légale contre policiers » pour Abdel et, « actes de violence avec arme » (jet de pierres) pour Léo.

Déjà à ce stade du récit on est en droit de se poser la question : Comment accepter sans autre solution envisagée que deux ‘jeunes’ puissent arriver à un tableau de performances pareil (15 condamnations) sans envisager autre chose qu’une énième 16eme condamnation aussi inutile qu’ illusoire, mais supplémentaire.

Autre question que devraient se poser les élus,et la justice .  Jusqu’à quand pensez vous que les citoyens, victimes quotidiennes, de ces délinquants, vont ils supporter cela ?  Et pourtant déjà un début de réponse se trouve dans le vote illusoire mais grandissant en faveur du Front National.

Arrivés au tribunal en provenance de la prison ces deux héros modernes de certaines de nos banlieues qu’ils polluent de leurs actes et qu’ils discréditent par leur comportement, Abdel et Leo ont fait face séparément, mais consécutivement au tribunal présidée par une jeune magistrate..

Abdel l’asthmatique que la police étouffe, ne s’étouffe pas de mensonges.  Il reconnaît certes les faits, mais absolument pas la provocation à la rébellion.  La moto sans casque, oui, l’exercice sur une seule roue, oui .. mais PD on vous a niqué bande de bâtards dans sa bouche PD est sans dote l’abréviation de Policiers Délicats, ou de Policiers Dragueurs, mais certainement pas un autre sens.  Le reste on vous à niqué bande de bâtards est le vocabulaire affectif qu’il possède sur un vocabulaire total inférieur a 400 mots.    Maintenant Abdel dit qu’il a compris, il ne fera plus rien, car il en a marre de cette vie et il veut s’en sortir.  il n’a pas osé aller  jusqu’à dire qu’il  rêve de payer des impôts un jour ! mais cela n’en fut pas loin.  Vous voyez la voie de la rédemption totale est tracée.  De plus appelant à la clémence l’avocat d’Abdel fait état d’un contrat de travail immédiat pour l’ emploi de ‘ tailler la vigne’  chose rarissime avant les vendanges. Mais enfin on peut le croire à ce stade.

Les 4 policiers demandaient chacun 400€ pour préjudice moral par l’intermédiaire de leur avocat

La jeune « substitut » du Procureur demande la condamnation a 6 mois de prison ferme.

Le résultat du jugement rendu à l’audience condamne Abdel a 6 mois fermes, sans demande de dépôt. et 400€ pour préjudice moral à chaque policier.  Ils est sorti libre de l’audience, à charge pour lui et à son avocat de négocier avec le Juge d’application des peines, un aménagement de sa condamnation qui pourra se traduire par le port d’un bracelet.

Léo passait à son tour devant le tribunal pour violences avec arme (jet de pierres) mais lui était exonéré des accusations d’outrages à agents.

La ‘substitut’ du Procureur demandait à son encontre 4 mois de prison ferme

Les 4 policiers par l’intermédiaire de leur avocat demandaient chacun 600€ de préjudice moral.

L’avocate du prévenu faisait valoir une embauche possible et instantanée pour un emploi de ‘livreur de Pizza’ qui permettrait au prévenu de se réinsérer. Est ce que la ‘Régina’ ou la ‘Margarita’  sauveront Léo ?  Un suspens insoutenable.

Le résultat du jugement rendu à l’audience condamne Léo à 4 mois fermes, sans demande de dépôt, et 600€ pour préjudice moral à chaque policier. Il est également sorti libre de l’audience, et avec l’assistance de son avocat négociera un aménagement de la peine qui se traduira sans doute par la pose d’un joli bracelet.

Le résultat social de tout cela est catastrophique.

Financièrement ces deux individus multi récidivistes, ont couté à l’état c’est à dire au contribuable le paiement de leurs avocats puisqu’ils bénéficiaient du régime d’assistance judiciaire.  De plus leur insolvabilité les exonère du paiement des dommages auxquels ils étaient condamnés à payer, ce sera sans doute le fond de garantie des victimes, c’est à dire l’état, et pour préciser les contribuables, qui assumeront ces paiement.

Au niveau de l’exemplarité de la peine, il est inutile de préciser l’effet que cela peut produire sur certains de leurs collègues hésitants à les suivre dans ce genre de pérégrinations. Le peur du gendarme ou du policier, et la crainte de la justice, deviennent totalement illusoires .

A quoi est du ce que beaucoup de citoyens appelleront ‘mascarade’ ?

Une justice ruinée et sans moyens financiers ou humains.  Un hébergement pénitencier très largement insuffisant, qui contraint à inciter (et même obliger) la justice à ne pas écrouer les condamnés à des peines inférieures a 2 ans faute de places. Les magistrats sont pris en étau entre les lois toujours plus compliquées et souvent inopérantes que votent les députés, et les moyens que ces mêmes élus leurs donnent pour les faire appliquer.

La France a la justice dont elle s’est dotée au fil des ans et qu’elle mérite politiquement, c’est à dire ruinée et sans autorité possible sur certains individus qui sont hors solvabilité.

Les victimes de cela sont multiples. La Police qui s’épuise à  courir et arrêter sans discontinuer les mêmes acteurs de faits qui se moquent ostensiblement d’eux.  La société toute entière victime du climat d’insécurité grandissant qu’elle impute à du laxisme judiciaire qu’elle constate ou suppose.  Bref l’effet est terrible sur le pays, ses habitants, et par contrecoup les électeurs, et finalement sur la nation toute entière qui court à la catastrophe politique et sociale.

Exemple Perpignanais dépeint à gros traits.

Mais comme à Perpignan, un peu partout en France.  Le centre pénitentiaire de Perpignan Mailloles, à une capacité d’environ 900 prisonniers. Sur ces 900 places une bonne part est réservée aux ‘clients’ placés en résidence ‘exécution de longues peines.  La quantité restant ne peut suffire, et de très loin, à satisfaire l’incarcération des quelques 3000 condamnations à des peines de prison qu’infligent annuellement  les magistrats Perpignanais, qui ce faisant ne montrent pas une image de laxisme judiciaire qu’on leur attribue souvent à tort..

POL JUSTAlors qui est coupable ?  La justice , La Police.  Disons que plus surement il faut chercher le coupable d’une telle situation catastrophique parmi les élus députés et sénateurs qui depuis 40 ans établissent à la fois les lois et les budgets qui ne permettent pas à ces deux administrations essentielles de l’Etat que sont la Justice et la Police de faire correctement leur travail dans l’intérêt de la population toute entière.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s