2017: Toujours autant d’impôts et encore plus de dépenses !

250px-haut_conseil_des_finances_publiques_logoLe HAUT CONSEIL DES FINANCES PUBLIQUES  (HCFP)  a été créé par la loi organique du 17 décembre 2012, éditée par le premier gouvernement de François Hollande. Il est composé de 11 membres , 2 étant de droit et 9 étant nommés. Leur mandat est de 5 ans renouvelable par moitié tous les trente mois. Fait remarquable, leur fonction n’est pas rémunérée, et n’étant que consultatifs, leurs avis ne sont pas contraignants et ne s’imposent pas au gouvernement.

Le H.C.F.P institution créée en 2012, est adossée à la Cour des Comptes et est chargée de contrôler la cohérence des finances publiques et du respect des engagements pris par le gouvernement en rapport avec l’Europe. Il vient de rendre son avis sur la proposition de budget 2017 que viennent de déposer devant la crèche électorale le petit Sapin et le grand Hollande.

Il faut vraiment encore croire au Père Noël pour trouver une once de sincérité et de réalisme à cette proposition de budget 2017 aux odeurs pré électorales prononcées, et à la philosophie financière ressemblant à une irresponsabilité affichée, mettant au compte du futur les dernières cartouches de Hollande pour tenter une improbable réélection.

Les sages du Haut Comité des Finances Publiques ont des termes lourds de sens contre ce projet de budget 2017 qui leur a été soumis. Ils emploient les qualificatifs « improbable » ou même « incertain » peu courants dans le vocabulaire de l’institution plutôt habituée à masquer leurs doutes sous un vocabulaire ouaté et plus prudent.

Le HCFP juge « totalement déraisonnable » et peu crédible le maintien à 1,5% du taux prévisionnel de croissance pour 2017 retenu par le gouvernement, alors même que l’ensemble des prévisionnistes l’ont abaissé à 1,2% au vu de la conjoncture nationale et internationale compliquée qui se profile pour 2017.

Le HCFP pointe du doigt la sous estimation systématique des dépenses publiques, notamment celles liées aux « prétendues » économies faites par l’ UNEDIC ou par l’ Assurance Maladie.  Il pointe du doigt également la sous estimation des pourtant prévisibles recapitalisation nécessaires aux entreprises publiques Aréva et EDF.

Tout cela donne un parfum d’irresponsabilité comptable, laissant volontairement en héritage une situation financière catastrophique au gouvernement suivant qui sera en oeuvre après Mai 2017.

Comment définir l’écart entre les paroles et les actes de ce dernier gouvernement du quinquennat Hollande.  On peut résumer son action par la formule glaciale mais réaliste :  Toujours autant d’impôts et encore plus de dépenses.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s