Enfin une opposition face au PS 66.

castex-grauJusqu’ici le PS 66 avait réussi avec talent d’enfumer, d’endormir ou de faire collaborer passivement les acteurs politiques qui étaient sensés représenter l’opposition dans ce département.  C’était surtout remarquable au conseil général ou peu menaient la bataille, mais aussi dans des échéances nationales, ou se construisaient des « collaborations » amicales et très personnelles.

La dernière élection Sénatoriale nous a montré cette stratégie de  » l’entre-soi « , ou, grâce à on ne sait qu’elle bizarrerie le Sénateur sortant Jean Paul Alduy était ‘brillamment écarté, certains disent même balayé, par une paire PS / UMP composée de Christian Bourquin et François Calvet.

Aujourd’hui dans le cadre du conseil général devenu conseil départemental, la musique n’est plus la même.  L’opposition y possède quelques voix fortes qui s’y expriment, ayant des compétences, de l’expérience, des arguments, et des convictions, qui donnent une vie trépidante au débats départementaux, que l’hémicycle du  Quai Sadi Carnot n’avait pas connus depuis bien longtemps.

Face aux deux héritières du Socialisme Bourquinien :  Ségolène Neuville pour l’héritage de la circonscription, et la nomination à un secrétariat d’état,   et Hermeline Malherbe héritière du conseil général et du mandat de Sénatrice, s’opposent aujourd’hui des hommes « politiques » de poids et de conviction.

Le Perpignanais Romain GRAU, et le Maire de Prades Jean Castex

Deux Enarques, l’un s’étant intégré à la vie Catalane locale à Prades pour Jean Castex, et,  l ‘autre natif du Pays Catalan revenu vivre et travailler à Perpignan pour Romain Grau.

La musique n’est plus la même, le ronronnement d’avant a laissé place à des questions précises, donc gênantes, sur la gestion départementale, et les travers qui lui sont reprochés.  Parler social avec Jean Castex n’est pas chose facile pour Ségolène Neuville. Elle est face à un conseiller présidentiel sur les questions sociales.  Parler économie et gestion est chose excessivement ardue pour Hermeline Malherbe face à Romain Grau qui a une expertise fiscale et une pratique dans l’économie réelle, avec la Ste Perpignanaise EAS et ses 300 salariés dont il est le Directeur Général.

Le débat politique devient certes plus difficile lorsqu’on met en avant la compétence et les dossiers plutôt que quelques arrangements d’intérêts personnels, mais il y gagne en efficacité et en clarté.

Voila résumé sous le titre « Conseil Départemental : budget et agacements »  ce que le journal local,  l ‘Indépendant, qui semble le devenir en la circonstance, retranscrit sous la signature de Frédérique Michalak, de la séance du Conseil Départemental tenue ce Lundi 10/10/2016.

grau-cg-66

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s