Ils doivent faire respecter l’ordre ! Oui, mais quel ordre, et comment ?

policeA Viry-Châtillon 4 fonctionnaires de Police, ont été l’objet d’une tentative d’assassinat prémédité.  Agressés dans leurs véhicules de service attaqué au cocktail Molotov par une « bande d’assassins » (le mot voyou semble dépassé) cagoulés et déterminés.   Deux fonctionnaires de police sont dans un état grave, et les 4 conserveront des traumatismes physiques et moraux ineffaçables.  Tous les commissariats, celui de Perpignan compris ont fait des mouvements de solidarité avec leurs camarades, et réclament que leur sécurité soit considérée comme « priorité nationale« .   A Perpignan les policiers connaissent ce genre d’action contre eux, cela nourrit régulièrement les pages de la presse locale, et il est des ‘zones’ ou des cités ou leur présence n’est pas seulement mal accueillie, elle y est combattue.

Qu’elle était la mission de ces 4 Policiers ? :  Ils étaient placés en « surveillance » d’une caméra de surveillance.

On voit dés la définition de la mission que la logique a depuis longtemps quitté les sphères cérébrales de nos gouvernants. Sans parler qu’en plus nous sommes en « Etat d’Urgence »

Lorsqu’on à besoin de surveiller un outil de surveillance, il est urgent de se poser la bonne question.

Prenons les choses dans l’ordre inverse,  résonner par l’absurde permet parfois d’éclaircir le problème.

Il ne fallait pas surveiller la caméra de surveillance, de ce fait la caméra aurait très vite cessé de surveiller, les malfrats qui sont les ‘héros’ des films tirés de ces caméras, et qui souffrent d’être mis en vedette dans ces films, ils seraient restés bien tranquilles, et voila il n’y aurait pas eu problème.

Cette façon de penser a longtemps été l’axe de traitement du problème délinquance.    Mais qu’en disent les policiers.

Ces zones sont peuplées de trafiquants qui terrorisent les habitants.  Ces héros modernes qui vivent de multiples trafics sont à la tête de fortunes récoltées grâce a ces trafics, et cela leur permet d’acheter et de pervertir bon nombre de jeunes qui deviennent leurs ‘serviteurs’ pour leurs basses besognes.  Ces ‘petits bras’ sont à l’abri de la justice par leur âge (ils sont mineurs) et ont tous été arrêtés de multiples fois sans même connaître une nuit de prison.   Leur esprit simple et sans doute perturbé par quelques produits illicites qu’ils consomment régulièrement les incite à se croire indestructibles et inattaquables.   Ce sont ces « merdeux » qui sont les plus dangereux pour les forces de l’ordre.   Mais pas seulement dangereux pour la police, ils polluent totalement la vie de la cité ou de la zone et terrorisent les habitants qui sont soumis a leur loi,  l’omerta.

Quelle réponse à la justice ?    Aucune !  La Loi sur la justice des mineurs est inadaptée, et volontairement tolérante, car elle a été rédigée en d’autres temps, ou les rapports d’autorité familiale et la société n’était pas ce qu’ils sont devenus.  Hors mineurs, les condamnations sont souvent répétitives et inapplicables.

Que peut faire la justice ?   Condamner bien sur, et c’est très souvent le cas, mais le contexte pénitentiaire tel qu’il ressort de 20 ans de sous investissement en maison d’arrêt ne permet pas l’application carcérale des peines infligées.  Alors depuis Rachida Dati et en continuant avec Taubira, les gouvernements successifs ont jonglé avec les applications de peines de substitution, ce qui permet par exemple aux policiers d’arrêter pour la énième fois des malfrats déjà porteurs de bracelets.

Voila quels sont les ‘clients’ quotidiens de la Police, qui se sentent ‘intouchables’ et qui de ce fait ne supportent plus les interventions des Policiers, auxquels de leur côté l’Etat demande de faire respecter l’ordre et la Loi.  Mais quel ordre ?  et quelle Loi ?   On ne peut que constater, brillamment démontré par ce dernier et gravissime incident, qu’en France, il est des territoires où les forces de Police ne doivent pas intervenir parce qu’ils gênent des caïds, trafiquants, qui y font régner leur propre loi, celle de l’omerta, et leur propre ordre, celui de la terreur.

Résultat sec de ce travail impossible qui est demandé à la Police : 12 388 policiers ont été blessés l’an passé et cette année 2016 les chiffres sont à la hausse.  C’est l’équivalent en population de la deuxième ville des Pyrénées Orientales Canet en Roussillon.  Cela représente 34 blessés quotidiens.

La réponse immédiate du 1er ministre et du ministre de l’intérieur a la colère des Policiers face à ce dernier attentat dont ils sont l’objet, est à la hauteur de leur incompréhension du problème.  L’état va fournir aux forces de Police des dispositifs « anti-caillassage », «des blindages de voiture », et des tenues de travail « intégralement ignifugées »…  C’est sans doute bien, et les Policiers sont surs qu’en plus ce sera sans doute extrêmement élégant à porter sur soi,  mais il était également attendu une réponse d’autorité,  par exemple veiller à l’application stricte des sanctions judiciaires que la justice inflige à ces délinquants,   renforcer les effectifs de Police qui interviennent dans ces zones de non droit, en donnant aux policiers les moyens d’assurer correctement leurs missions dans ces zones et cités ou bon nombre d’habitants veulent aussi vivre en paix et en sécurité.

Décidément à force de ne pas vouloir regarder en face le problème, il risque de nous exploser a la figure.  C’est le message indirect que font passer les Policiers.

Rénover les bâtiments et les logements de cités c’est bien et sans doute indispensable, mais il faut en parallèle y apporter l’application de la Loi et l’ordre pour que la population qui y vit sous la coupe de ces malfrats y soit en sécurité. Aucun plan de ‘rénovation urbaine’ n’a osé intégrer ces deux facteurs de la même équation.

police

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s