Entre le Titanic et le France , qu’elle est la ‘différence’ ?

 

 

titanConnaissez vous Edward SMITH  ?

Edward SMITH était le Capitaine du Titanic. Il a péri lors du naufrage, Smith a été emporté par une vague lorsque l’eau a atteint le pont supérieur

Qu’elle fabuleuse ressemblance avec le naufrage du « France« , son équipage socialiste et son Capitaine François Smith Hollande.

Nous sommes à six tout petits mois de l’échéance Présidentielle, et il a échappé à personne, et surtout aux ‘éléphants’ du PS, qu’ absolument aucun d’entre eux n’avait la moindre chance de figurer dans le sprint final.  Avec au grand mieux un 15% de voix au 1er tour, l’élimination est garantie.  Alors se joue sous nos yeux la scène de retenez moi je veux y aller, qui cache simplement la stratégie de captation du maigre héritage que sera le PS après 2017.   La liste des postulants se résume à 2 noms, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, et 1 figurant Benoit Hamon.  Ces stars du socialisme sont les figures de proue de ce que Valls lui même dans un moment de lucidité affichée appelait « deux gauches irréconciliables » . Leur combat est équivalent aux offres faites au tribunal de commerce par des repreneurs d’une société en liquidation.  Ils font semblant de vouloir être candidat aux Présidentielles, mais sachant que c’est cuit, ils préfèrent laisser le sortant sortir tout seul, tout en se positionnant pour guider la troupe des survivants .. demain.

Car ce qui ce joue au PS n’est déjà plus depuis longtemps la Présidentielle, mais les Législatives.  La « Majorité » actuelle qui est minoritaire depuis longtemps dans le pays veut sauver le plus grand nombre possible de députés. Et pour guider leur troupeau de sortants socialistes au combat des législatives qui se tiendront les 11 et 18 juin 2017, les députés ont besoin d’un leader pour ce combat qu’ils savent très difficile, et pour les combats d’après ou ils espèrent se « refaire la cerise » en opposants.

Pour se permettre cette possibilité, ils votent en ce moment un improbable budget 2017 qu’ils n’auront pas à gérer. Ce budget est très facile à voter par eux, puisque bien que l’ayant voté, ils n’auront pas à l’assumer. Ce budget 2017 est à ce point anormal que la plus haute autorité en matière de contrôle budgétaire, la cour des Comptes, le qualifie d’ « insincère » et « irréaliste« , et le Président de la commission des finances de l’assemblée nationale lui même le trouve « incohérent »

Mais la seule qualité de ce budget 2017 qualifié d’ insincère et d’incohérent est qu’il doit permettre à la troupe de députés socialistes de repartir à la reconquête du « peuple de gauche » qui lui tourne ostensiblement le dos.  C’est un  budget de stratégie du ‘désespoir’ qui apparaît clairement comme une fuite en avant.  Les mesures financées sont d’une efficacité douteuse, d’un coût incontrôlé, mais superbement électoralistes afin d’espérer récupérer les quelques déçus qui permettront de limiter la Bérézina annoncée aux législatives.

La fin de cette mandature est à la fois pénible, risible, et dangereuse. Le manque du sens supérieur de la responsabilité qu’il conviendrait d’attendre de ces élus est notoire. Ils sont prêts à voter n’importe quoi et n’importe comment, pourvu que ça leur permette de sauver égoïstement leur écharpe au détriment de l’intérêt supérieur du pays.

Cette fin de mandature est un spectacle irréaliste et pitoyable que donne la France à une Europe qui ne la considère déjà plus comme fiable, tant son crédit est en berne.  Voyez le tableau par vous même du spectacle que l’on donne.  Un Président qui inaugure ou rend des hommages en permanence, ou qui distille ses confidences pour le moins malvenues à des journalistes qui en font un livre. Une majorité à l’assemblée, mais minoritaire depuis longtemps dans le pays, qui vote dans un délire de fin de mandat un budget 2017 farci de gages à sa clientèle électorale, qui se transformeront en chèques en bois après 2017.  Mais seulement après les législatives ou ils espèrent sauver un maximum de sièges.

Commencé en 2012 en fanfare avec les « moi Président » et « mon ennemi c’est la finance » ce quinquennat se termine façon Titanic. Le Capitaine danse le « fox trot » dans le Salon supérieur entouré de son quadrille d’irréductibles, pendant que son équipage fonce aux chaloupes de sauvetage, en laissant aux passagers les quelques gilets de sauvetage restant.

Le Titanic Socialiste qui se croyait insubmersible a heurté  l’ iceberg des réalités économiques.  Les dégâts sont considérables, la bateau coule, et l’équipage ne pense qu’a sa propre survie.

L ‘iceberg des réalités économiques aura eu raison de l’idéologie socialiste. C’est la dure réalité qui frappe un Parti Socialiste incapable d’assumer une simple mutation à une ligne social-démocrate plus pragmatique. Le prix à payer est dur pour lui qui s’achemine vers un éclatement logique de clans ‘irréconciliables’ mais il est terrible pour la France qui après les 5 années du mandat inutile et décevant de Sarkozy, s’est vu appliquer 5 nouvelles années d’illusions sociales et de déceptions économiques.

Il faudra un Président expérimenté, sage et rassembleur,  ayant une majorité à son image pour remettre LA FRANCE en état de flottaison.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s