Traiter 40 années en un seul jour ! Comment croire cette baliverne ?

le 27 Novembre une date symbolique !

Ce 27 Novembre 2016, n’est pas que la date du 2eme tour des primaires ouvertes de la droite et du centre. C’est aussi sur le plan large et historique, une date qui a un sens caché. En cette année Bissextile elle est le 322 eme jour fête de Saint Séverin. Quelques événements historiques ont en ce 27 novembre un jour anniversaire.

C’est le 27 novembre 1701, Anders Celsius, astronome, crée l’unité de mesure de la température qui porte son nom 

C’est le 27 novembre 1942 que la Marine française, saborde ses 90 navires de guerre à Toulon, afin qu’ils ne tombent pas aux mains de l’occupant.

C’est le 27 novembre 1944 qu’ amnistié par De Gaulle, le leader communiste Français Maurice Thorez rentre d’Union soviétique ou il s’était réfugié.

C’est le 27 novembre 1970 que le peintre Benjamin Mendoza exécute une tentative d’assassinat du pape Paul V

C’est le 27 novembre 1965 que nait Rachida Dati.  Magistrate et Politicienne porte parole de Sarkozy, ancienne ministre de la justice au sein des gouvernements Fillon. Une vie politique en forme d’Icone médiatique du Sarkozysme, une vie privée bruyante, voir tapageuse, parsemée de nombreux démêlés médiatico-judiciaires.

Le 27 Novembre 1999 disparaissait Alain Peyrefitte prophète politique.

17 ans ont passé depuis sa disparition, mais déjà 40 ans depuis la parution de son livre réquisitoire Le mal Français40-ans

C’est le 27 novembre 1999 que disparaissait Alain Peyrefitte. pourtant ‘Immortel’ à l’académie Française.  Homme politique de qualité, Gaulliste de la 1ere heure, diplomate et ministre écouté, et Prophète politique.

il est bon de s’en rappeler aujourd’hui et le relire ou lire pour ceux qui ne le connaissent pas, les de deux livres d’anticipation politique dont il est l’auteur :

Les deux titres sont éloquents . Quand la Chine s’éveillera le Monde tremblera.  et  Le mal Français

 

mal-francaisEn 1973 il publie un essai chez Fayard éditeur au titre aujourd’hui compréhensible, mais hélas trop peu soupesé alors : Quand la Chine s’éveillera .. Le monde tremblera . cet essai est une réelle alerte poussée dans le vide par Alain Peyrefitte.  La mondialisation effrénée d’aujourd’hui place la France face a cela sans qu’on y ait été préparés, malgré ses avertissement.

 

En 1976 c’est un essai réquisitoire qu’il publie sous le titre  : Le mal Français,  il y répertorie les mêmes griefs que l’on retrouve aujourd’hui 40 ans après : les règles tatillonnes de l’administration,  l’excès de bureaucratie, la centralisation,  le manque de confiance des entrepreneurs,  un État trop dirigiste.  Tout y était  dit il y a 40 ans, que l’on retrouve aujourd’hui en écho lancinant.

Ce sont quarante années perdues par aveuglement ou facilité, qu’il faut traiter aujourd’hui.

Sur ce point les deux candidats de la droite qualifiés pour ce second tour sont parfaitement d’accord, Alain JUPPE ayant ce constat fait depuis 1995 ou il avait affronté une grève colossale face aux réformes qu’il souhaitait faire et qui auraient fait gagner un temps précieux a la France.

Que s’est il passé depuis 1976 et la parution de son livre Le mal Français ?

De 1981 à 1995 , soit 14 ans vécus dans l’illusion du socialisme, qui a fini par engloutir dans le mirage de ses promesses la France laborieuse de l’après guerre, qui avait cristallisé son effort dans ce qu’on a appelé les 30 glorieuses.

de 1995 à 2007 ce qu’il faut appeler l’inertie Chirac, qui a reculé devant la réalité sociale et politique que dénonçait en 1976 Alain Peyrefitte dans le Mal Français.  Une petite cohabitation qui complique encore cela en éteignant toute velléité  réformiste.

De 2007 à 2012,  l’esbroufe  Sarkozyste qui devait tout réformer, et qui au prétexte d’une crise financière réelle, a abandonné toute réforme, alors même que cette crise aurait du motiver et affermir l’objectif de réforme. Dans cette aventure du quinquennat, il avait comme co-pilote, un premier ministre Fillon, qui déclarait lucidement « je suis a la tête d’un état en faillite » mais qui restait comptable et caution solidaire, en restant serviteur du baratineur Elyséen jusqu’au terme de son bail.

De 2012 à 2017, nous avons un Président auquel malgré tout, on ne peut que rendre grâce d’avoir trahi ses promesses à ses électeurs. Il leur promettait la Lune pour être élu, puis aux affaires, il n’a pu qu’essayer de maintenir l’illusion, tant son analyse de la situation de la France en 2012 était éloignée de la réalité.  De plus il était à la tête d’une majorité, composite, constituée de jeunes élus socialiste pleins d’illusions de leur premier mandat, incompétents sur l’économie pourtant mère de la prospérité, et de frondeurs illusionnistes d’une gauche qui devrait disparaître tant son morcellement va la fragmenter.

AUJOURD’HUI quel espoir pour qu’enfin puisse être prise en compte l’analyse faite par Alain Peyrefitte dès 1976  dans Le mal Français.

Tout autant François Fillon qu’Alain Juppé ont été assez près de la réalité politico économique, pour que leur diagnostic soit globalement identique.  Seule la méthode d’application est très différente.

Quelles sont les deux « options prévues »

Eduqué par son expérience de 1er ministre en 1995 face aux mouvements sociaux irrités par les réformes qu’il souhaitait mettre en place, Alain JUPPE ne croit pas au grand soir miraculeux qui permettrait au lendemain d’une élection de faire une réforme brutale par un coup de baguette magique soit elle électorale.  Le mouvement social et les syndicats Français qui sont tous aux mains des agents de l’état,  fonctionnaires, agents des collectivités territoriales, ou des entreprises publiques, ont un pouvoir de nuisance qu’il a déjà mesuré par le passé. Chat échaudé craint l’eau froide diront peut être certains, mais surtout Un homme averti en vaut deux.  Hollande lui même pourtant de gauche subit la foudre syndicale.  Dans ce contexte aucune réforme brutale ne pourra passer sans un effet dramatique de désordre social que la France peut difficilement se permettre.  Juppé préconise d’étaler les mesures dans l’ordre d’importance et en s’appuyant sur un dialogue ferme, autoritaire mais non cassant, permettant une sortie ‘en douceur’ du blocage Français par la réforme consentie.  La méthode qu’il propose est le fruit de son expérience : ..  A vouloir tout et tout de suite … on risque de tout perdre.

Avec son vécu d’assistant collaborateur de Sarkozy, François Fillon est convaincu qu’il faut réaliser socialement  l’effet ‘Blast’ que souhaitait faire électoralement Sarkozy et qui n’a pas fonctionné.  faire toutes les réformes de suite radicalement et massivement, lui parait être la méthode souhaitable.  Comment peut il penser que ces réformes souhaitables et nécessaires seront acceptées et avalées d’une seule gorgée par le mouvement syndical Français qui est aux mains des agents de l’état.  C’est apparaître pour le moins naïf que d’espérer une inertie syndicale devant l’administration massive des réformes envisagées au corps social français.  Le phénomène de rejet risque de mettre la France à l’arrêt et d’évoluer vers une crise politique se terminant par une énième  reculade, qui sera analysée comme une défaite politique, et qui propulsera une vague supplémentaire de nouveaux déçus vers le parti des déçus, le Front National.

Certes il y a urgence, mais qui est coupable du retard ?

Le seul regret est que depuis 1976, aucun Président n’a permis d’anticiper et d’exécuter les réformes nécessaires pour traiter ce mal qui nous ronge depuis bien longtemps et qui a été décelé par Alain Payrefitte il y à 40 ans dans son essai Le mal français .  La liste des coupables est longue Valery Giscard d’EstaingFrançois Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy.  Tous ont été pourtant largement élus, et ont eu des majorités fortes, qui leur auraient permis de réformer, et pourtant … et pourtant … et pourtant !

Aujourd’hui une illusion chassera t’elle l’autre ?  L’Illusion de la réforme facile est dangereuse en France. Son corpus social est hostile à tout changement à fortiori s’il est brutal, il se met alors facilement en révolte.  Voila le danger à tenir en considération dans les deux analyses correspondant aux deux prescriptions médicales rédigées par François Fillon et Alain Juppé.

Aux Français qui iront voter à ce deuxième tour de la primaire ouverte de la droite et du centre de choisir le médecin et son traitement.

Le choix est délicat, mais il vaut la réflexion posée et réfléchie.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s