Politique : Poulidor a enfin Gagné !

poulidorCette Primaire de la droite ne voit pas la Victoire de François FILLON contre Alain Juppé, mais la victoire en forme de revanche de François FILLON sur un appareil de parti qui lui faisait depuis 10 ans toujours obstacle aux moments ou il était prêt a assumer une fonction supérieure.  Ce ‘mauvais sort’ à été brisé ce dimanche 27 novembre, et c’est Alain Juppé, autre acteur mal aimé, qui en a fait les frais.

Mais auparavant au 1er tour le 20 novembre, c’est celui qui l’avait traité de ‘collaborateur’ qui était éjecté de la vie politique par le cœur électoral qui l’avait sacré en 2007 sur une campagne que dirigeait alors François Fillon.  Brillant retournement de situation que le discret et peu démonstratif Fillon a du discrètement apprécier.

Mais qui est François FILLON ?

Il est né le 4 Mars 1954 au Mans, d’une mère historienne, étiquetée ‘gaulliste de gauche’, et d’un père notaire de province très conservateur.  Il grandit dans la petite ville de Cérans-Foulletourte, dans la Sarthe et y fréquente l’école laïque communale, qu’il quittera pour le collège privé du Canton, avant le  lycée Notre-Dame de Sainte-Croix, du Mans. En 1972 il obtient le Bac de philo, et ambitionnant une carrière de journaliste, poursuit les études supérieures à l’université du Mans, ou il obtient une maitrise de Droit Public en 1976, puis le DEA l’année suivante à Paris La Sorbonne, ou Il y rencontrera sa future épouse, Galloise, Pénélope Clarke, et ils se marieront en 1980.

Sa carrière politique a commencé en 1976 lorsqu’il devient, tout en poursuivant ses études, attaché parlementaire de Joel Le Theule député Maire de Sablé. Il en deviendra tout naturellement directeur adjoint de cabinet lorsque ce dernier sera nommé ministre des Transports puis de la Défense.

En décembre 1980 François Fillon est témoin du décès de Joel Le Theule alors Ministre de la Défense, victime d’une crise cardiaque. François Fillon va progressivement reprendre les mandats de son ancien mentor, tout d’abord, conseiller général du canton de Sablé-sur-Sarthen février 1981, puis malgré la vague rose Mitterrandienne, député de la Sarthe le 2 juillet 1981. Il devient alors a 27 ans le benjamin de l’ Assemblée Nationale.  Il se rapprochera de celui qui deviendra son ‘mentor’ politique, Philippe Seguin.

De 1981 à 1993 il assume à l’assemblée nationale la charge de Président de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées, ou il œuvre pour l’objectif d’une armée de métier. Dans le même temps, il devient Président du Conseil général de la Sarthe, et obtient à 38 ans le titre de plus jeune Président de conseil général. De 1993 à 2005 il assumera divers postes ministériels dans des gouvernements successifs.  Puis arrive 2007, et sa place méritée de 1er ministre.

Le long de ses 5 années (2007/2012) au service de Sarkozy à Matignon, il fera une analyse de la situation de la France, et il trouvera un exemple dans la Présidence de Georges Pompidou avec lequel il partage non seulement des sourcils épais et broussailleux, mais un comportement de libéral en économie et de conservateur bourgeois sur les questions de société.  Ce qui le caractérise politiquement comme Gaulliste social et conservateur traditionaliste.

Le Poulidor Politique, a sa vengeance

Ce 27 Novembre 2016, au soir de ce deuxième tour de la Primaire qu’il remporte sur son ami Alain Juppé avec lequel il partage le sens de la discrétion, et l’indispensable dignité qui sied au rôle d’homme politique, il pense sans doute au chemin parcouru dans ces 40 années de vie politique.  Mais surtout aux déboires qu’il a du amèrement ‘avaler’ ces 10 dernières années.

En Mai 2005 lorsque en pleine pré-campagne pour la succession de Jacques Chirac, le nouveau premier ministre, Dominique Galouzeau de Villepin, en compétition avec Sarkozy pour l’investiture à la Présidentielle, décide de ne pas le garder au gouvernement.  Cet épisode douloureux le fait quitter le camp Chirac et lui fait dire instantanément  «En me virant, ils ont fait de moi le directeur de campagne de Sarko» . Il sera effectivement le créateur efficace et discret qui élaborera la plate-forme présidentielle de Sarkozy, et occupera naturellement  Matignon de la victoire de 2007 jusqu’à la fin du quinquennat en 2012.  Ce quinquennat il le subira en collaborateur d’un Président avec lequel il ne partage pas grand chose, trop bling bling, trop brouillon, trop hésitant, il n’en demeurera pas moins le ‘collaborateur’ efficace et discret, jusqu’au bout.    Aujourd’hui le ‘collaborateur’ François savoure toujours discrètement la revanche qu’il remporte sur l’ex Président qu’il humilie à son tour lors de cette primaire, en l’éjectant définitivement de la politique, avec un score pitoyable dés le 1er tour.

François Fillon a eu aussi à endurer en 2012 le désastreux combat pour la présidence de l’UMP qu’il a disputé à Jean-François Copé. Un spectacle de chicaya politique indigne d’un grand parti. En toute fin il en sera la seule victime,  Jean François Copé conservant la direction du parti, jusqu’au récent retour de Sarkozy pour raisons d’ambitions de retour Présidentiel.   Ce 20 novembre au soir cet affront d’alors a dû paraître amplement réparé par sa victoire sur Copé, totalement laminé dans l’exercice de la primaire.

L’éternel second, le ‘Poulidor’ de la droite s’impose dans cette première Primaire organisée par la droite, comme le candidat à la présidentielle de 2017, enfin porté par une vague qui a balayé des sondages pessimistes sur ses chances, qui ont émaillé les deux années ou il se préparait discrètement a cet exercice.

Aujourd’hui le Poulidor de l’UMP a enfin sa revanche !  C’est moins sur Alain Juppé avec lequel il partage beaucoup d’analyses politiques et de qualités personnelles, dont celle d’être « droit dans ses bottes » que sur un système mis en place, qui desservait le parti pour servir une caste, que cette « victoire » est acquise en forme de revanche.

C’est d’autant plus croquignolet que dans la réalité, c’est Sarkozy qui fait du vélo et Fillon de la compétition automobile.

Aujourd’hui le POUPOU adoré de la droite c’est : François Raymond Fillon Poulidor

poulidor

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s