Un véritable drame … Littéraire !

1 revolver, 2 balles, 555 jours de prison, le tout pour 434 500€

revolverAinsi rédigé cela peut paraître une petite annonce.

C’est pourtant un récit historique emmêlant la poésie, le drame sentimental, les faits divers, les people, et on peut même dire l’histoire avec un grand H.

Vous vous rappelez certainement des deux grands poètes Français Paul Verlaine et Arthur Rimbaud pour avoir appris quelques unes de leurs œuvres poétiques.

Leur vie personnelle et particulièrement leur vie commune est moins ‘romantique’ que leurs écrits, mais expliquent peut être l’exacerbation sentimentale qui transpire dans leurs œuvres littéraires

Les acteurs : ils sont les célèbres poètes Paul Verlaine ayant alors 29 ans, et son ami Arthur Rimbaud de dix ans son cadet.

Le revolver : l’objet dont il est question, est un six coups de calibre 7 millimètres, a la crosse en bois de la marque Lefaucheux, marque célèbre à l’époque (1873).

Le témoin et le lieu du drame :  C’est la mère de Verlaine qui est témoin du ‘drame’ et il se situe, un après-midi de juillet 1873 aux environs de 14 heures, à Bruxelles, lorsque dans une chambre d’hôtel de la rue des Brasseurs Paul Verlaine essaya de ‘tuer’ son amant Arthur Rimbaud en lui tirant dessus 2 balles, 1 atteindra l’avant bras, l’autre se figera dans le parquet.

L’Origine du drame : La brouille entre les deux écrivains a commencé à Londres en mai 1873. Le torchon brûle entre les deux amants. Verlaine veut cesser sa liaison avec son jeune amant et renouer avec sa femme, Mathilde, épousée en 1870, seulement un an avant sa rencontre avec l’auteur du «Bateau ivre». Une énième dispute suivit cette décision à son annonce, mais il plaque son jeune amant et part pour Bruxelles, ou Rimbaud le rejoint.

Le drame : lors de ces ‘retrouvailles Bruxelloises, après avoir copieusement bu, ils pleurent Verlaine a des envies de suicide, Rimbaud parle de s’engager dans l’armée. Ils s’enivrent, puis pleurent ensemble, forme classique de désespoir des amours qui s’achèvent. Soudain, deux coups de feu claquent en écho a ces paroles « Voila puisque tu pars » .   Verlaine à tiré deux coups de révolver, acheté le matin même avec 50 cartouches, sur son jeune amant qui ressort légèrement blessé physiquement de ce drame sentimental.   A la vue du sang, l’assassin Verlaine, sa mère, et Rimbaud le blessé se rendent immédiatement à l’hôpital ou le jeune poète est rapidement soigné.  De retour vers l’hôtel, Rimbaud annonce son intention de quitter Bruxelles pour Paris à Verlaine, qui ayant gardé l’arme avec lui, le menace à nouveau en pleine rue. Rimbaud hèle un policier de passage qui arrête tout le monde.

La suite : Verlaine est arrêté et condamné à deux ans de prison à Mons.  Il passera 555 jours derrière les barreaux. C’est dans sa cellule que Paul Verlaine écrira les 32 poèmes de «Cellulairement»   La ‘Victime’ Arthur Rimbaud rentrera chez sa mère à Charleville Mézières, ou il écrira «Une saison en enfer»

Les deux poètes, vedettes incontestées de la littérature Française ont laissé des œuvres. Les poèmes écrits par Verlaine avant 1880 sont reconnues par leur sensibilité, par la suite ses écrits deviendront surtout des ouvrages alimentaires.  Rimbaud lui a bourlingué follement de par le monde. Il laissera par ses poèmes une voie ouverte à la poésie contemporaine du vingtième  siècle. De nombreux auteurs s’en réclamèrent tels  : Alfred Jarry, Antonin Artaud, Roger Vitrac, René Char, Henri Michaux, René Daumal, mais aussi les surréalistes dans leur ensemble.  Plus près de nous des chanteurs auteurs compositeurs interprètes comme  Jim Morrison, Patti Smith et Bob Dylan le néo prix Nobel de littérature, se réclament de son inspiration.  

143 ans après : La pièce à conviction du drame, le révolver de poche, qui après avoir été ‘confisqué’ par la police, avait été rendu à l’époque à l’armurerie qui l’avait vendu, vient d’être mis en vente aux enchères ce mercredi 30 Novembre, à la maison de vente Christie’s à Paris par son actuel propriétaire Belge. Les enchères atteindront la fabuleuse somme de 434 500 €uros.

En littérature, aujourd’hui,  la valeur du révolver semble dépasser celle de la plume ?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s