En France, on vote ‘POUR’ celui qui est ‘CONTRE’

pourcontreC’est sans doute ce système Présidentiel qui ayant été constitué dans des conditions particulières en 1958, et pour un homme exceptionnel, De Gaulle, ne trouve pas par la suite un fonctionnement permettant de faire émerger un Président réellement choisi pour « lui ».

Ajoutez par dessus cela les modifications constitutionnelles catastrophiques du mandat Présidentiel, réduit à cinq ans afin de le coordonner avec le parlement, et vous avez le moteur du fonctionnement cahoteux d’un pays sans boussole.

La France est enfermée structurellement dans une fracture idéologique irréelle, mais profondément entretenue par les partis politiques,  scindant le pays en deux blocs Droite et Gauche, auxquels essaye de temps en temps et selon les candidats de faire pencher la balance un centre lui même incapable de s’unir . Vous avez le tableau apocalyptique de l’avenir de la France.

Cette situation que nos voisins jugent « ubuesque » est le vrai moteur de l’irrésistible ascension du Front National, qui puise ses renforts dans la masse croissante de déçus de tous bords (Droite et gauche) lassés de constater que les ‘promesses’ électorales se transforment en illusions d’optique, ou en reculades.

La seule force qui reste au sein des partis qui sont tous en perte hémorragique de militants, c’est la force d’autodestruction.  Les partis étant une coquille vide sans masse militante représentative, élargissent ‘démocratiquement’ leurs procédures de choix à l’assemblée diffuse de leurs électeurs ou sympathisants, dans ce qu’il s appellent des ‘Primaires’ qui ressemblant dans un exercice démocratique d’apparence, du à la désertion de leurs militants.   Cet exercice ‘Primaire’ a des avantages et des défauts, puisqu’il exprime davantage un choix électoral, alors qu’un parti se doit d’exprimer un choix politique.

Faisons un petit retour en arrière

En 2007 Nicolas Sarkozy est élu pour succéder à Jacques Chirac, autant grâce ou soutien d’alors de Bayrou, que par l’image de dynamisme qu’il incarnait face au deuxième mandat « flon flon » de Jacques Chirac.  Ce dynamisme de Sarkozy allait faire de lui l’Hyperprésident devant tout remuer, transformer, redresser, s’occupant de tout, n’ayant que des ‘collaborateurs’, pour finalement sombrer dans un échec prévisible, dont seul le côté « bling bling » sera retenu.

En 2012 François Hollande issu d’une primaire de la gauche d’où DSK sortait par la porte de la chambre d’un hôtel New Yorkais, remporte la Présidentielle tout autant par l’image de Président Normal dont il s’est affublé face a l’Hyperactif Blin Bling, que par l’apport du soutien de Bayrou. Le mandat 2012 / 2017 est la suite logique d’une guerre entre les deux (voir plus) gauches qui se partagent le PS.  Ce Parti a depuis sa création été incapable d’évoluer et est resté enlisé dans une doctrine anticapitaliste marxisante, qu’entretiennent une myriade d’élus de second rang, pour s’assurer les suffrages à leur profit de leur électorat de base municipales et cantonales essentiellement composé d’agents de la fonction publique et de l’état.  Le socialisme marxisant des campagnes et des fonctionnaires, contre la social démocratie urbaine et libérale.  Cette situation est à son apogée en ce moment dans un PS en décomposition, et cela à conduit Hollande à en tirer très logiquement les conclusions de l’échec de son quinquennat entièrement miné par son propre parti, et définitivement ruiné par ses propres et nombreuses erreurs.

Il avait promis la probité, il se retrouve avec Cahuzac  .. Il avait lié son sort Présidentiel à un facteur économique qu’il savait incontrôlable (la courbe du chômage), il se retrouve avec une courbe de popularité inverse a celle du chômage .. Il avait opposé l’image de normalité face au ‘Bling Bling’ de Sarkozy,  il se retrouve avec la pitoyable affaire sentimentale de la séparation avec Valérie Trierweiler, et la pitoyable séquence photo, casque sur un scooter un sachet de croissants à la main, allant rendre visite à une actrice.  Pour finir en beauté, il s’entretient tout au long de son mandat avec deux journalistes du journal Le Monde auxquels il consacre de nombreuses heures pour s’épancher sur son travail Elyséen, et sur l’appréciation qu’il porte aux personnes qui l’entourent dans cet exercice Présidentiel, et la ‘patatras’ .. le livre reprenant ces ‘confessions’ écrit par Davet et Lhomme sort sous le titre pourtant très pertinent, mais au combien meurtrier : «Un président ne devrait pas dire ça»

Après un pareil quinquennat sa candidature devient irréaliste, et il en tire en toute fin la juste conclusion en annonçant, la voix brisée d’émotion, à la fin d’un ‘point presse’ surprise  «Aussi,   j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle».

Aujourd’hui, a 5 mois de l’échéance, nous avons déjà plusieurs partants qui se déclarent hors ‘primaires’ .  Marine Le Pen est depuis très longtemps, candidate naturelle du FN.  Jean Luc Mélenchon s’est déclaré hors primaires de la gauche. Le Ché du populisme de gauche à même réussi de rallier le PC malgré les réticences de sa propre direction, c’est dire ce que pèse le PC aujourd’hui.  Autre déclaré ‘spontané’ a la candidature, le fringant Emmanuel Macron, qui s’extraie avec un succès de popularité remarquable de la fracture idéologique ‘droite gauche’ en proposant une ‘Marche’ aux Français.  Macron se félicité de la victoire de Fillon aux primaires de la droite et du centre, cette large victoire, plaçant Fillon sur un registre droitier propre a rapprocher l’électorat centriste de la nébuleuse Macron. François Fillon a réussi une campagne ‘primaire’ a la fois surprenante et largement victorieuse.  66% de l’électorat qui s’est reconnu dans cette primaire la choisi pour représenter la droite. La forte tonalité sociétale remplie de convictions religieuses, trouveront elles un écho favorable dans un électorat centriste, très laïque.  C’est tout le secret de la campagne Présidentielle qui répondra a cette question.

Aucun Président depuis De Gaulle n’a été élu pour lui même. 

C’est celui qui lui à été opposé lors du second tour qui est éliminé.  La formule au 1er tour on choisit, au 2eme on élimine est une réalité.

En 1969 c’est Poher qui a été éliminé au profit de Pompidou.

En 1974 c’est Mitterrand qui est éliminé au profit de Giscard ..

En 1981 c’est Giscard qui est expulsé, laissant la place à Mitterrand ..

En 1988 c’est Chirac qui n’ayant pas ‘récupéré’ les voix du 1er tour du centriste Raymond Barre, est éliminé au profit d’un deuxième mandat de Mitterrand.  ..

En 1995 Mitterrand est a la tête d’un gouvernement de ‘cohabitation’. Chirac laisse à Balladur la mission de diriger la gouvernement, lui même se réservant la Présidentielle. Les Présidentielles arrivent et l’appétit du 1er ministre, appuyé par certains dont Sarkozy et Fillon, le décident de se présenter, s’opposant ainsi au candidat du Parti Jacques Chirac. De son coté après la valse hésitation de Jacques Delors, Lionel Jospin se déclare candidat pour la succession de Mitterrand.  Le 1er tour ravage l’ambition de Balladur, et laisse pour le face a face du second tour Lionel Jospin face à Jacques Chirac.  Jospin sera éliminé face a un candidat qui représentait un air nouveau, venu d’ailleurs, le fin fond de la Corrèze.

En 2002 c’est le début du « Grand Chambardement » que nous connaissons encore aujourd’hui. Chirac Président cohabite avec le PS mené par son 1er ministre Lionel Jospin. les deux partis de gouvernement de gauche PS et de droite UMP sont alternativement ou ensemble au pouvoir. La France commence a ressentir les effets de son impréparation a une économie ouverte, le FN de Jean marie Le Pen en  profite pour rassembler les voix des mécontents.  C’est donc dés le 1er tour Jospin qui est éliminé au profit de Le Pen, lequel est logiquement battu dans le cadre alors efficace du front républicain au deuxième tour par Chirac.

En 2007 pour succéder au deux mandats de Chirac, le second ayant été particulièrement ‘immobile’ le PS sélectionne une femme pour représenter le dynamisme. Ségolène Royal joue ce rôle dans un contexte de séparation sentimentale avec son concubin François Hollande, lui même 1er secrétaire du PS.  A droite le félon Sarkozy ayant soutenu Balladur contre Chirac en 95, à su retrouver suffisamment de grâce aux yeux de certains pour emporter la présidence du parti et avec elle la candidature a la Présidentielle.  C’est donc celui qui se donnait un aspect Napoléonien Nicolas Sarkozy qui remportera les suffrages de cette Présidentielle.

En 2012 C’est l’ex concubin de la candidate malheureuse de 2007 qui vient venger cette dernière. Aux primaires de la gauche ou le favori DSK a été éliminé par un malheureux contretemps dans un hôtel New Yorkais, c’est Hollande qui double Martine Aubry sur sa gauche. devenu candidat de la gauche il conserve un discours ou il s’assure de l’électorat de gauche par son combat annoncé contre les banques et la finance, et ou fort habilement il fait ressortir les erreurs grotesques de Sarkozy en s’affublant de l’image de Président ‘Normal’.  C’est donc grâce a cette double casaque que le Président « Normal » devient anormalement Président.  Sarkozy étant évincé pour incapacité par une frange de son propre électorat.

En 2017 .. Qui sera choisi Président(e) ?

Pour répondre il suffit de savoir lequel on ne veut pas au 2eme tour

contre-pour

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s