2017 : vu par la voyante ‘officielle’ de la Principauté d’Andorre !

voyante2Les Bourricots ont pu grâce à des relations amicales avec un ministre Andorran, obtenir une consultation avec Marie Thérèse Couldouille, là très célèbre voyante officielle (historique et vénérée) de la Principauté Andorrane.

Marie Thérèse Couldouille est née le 29 février 1917 à Espousouille . Son père Bartomeu Rosquellas Andorran d’origine, y avait été appelé par l’évêque de Perpignan pour y remplacer le bedeau sonneur de cloches des 3 abbayes d’Espousouille, de Formiguéres et de Jacou, dont le titulaire Ernest Frigoule avait été appelé défendre les couleurs Françaises à Verdun.  Sa mère, née Ernestine Rabasse, s’occupait du foyer et du potager voisin de l’abbaye qui nourrissait la famille.

C’est dans ce contexte idyllique et par 1m50 de neige que le 29/02/1917  Marie Thérèse nait à Espousouille, avec les soins de la sage femme Albertine Malepell la seule à être parvenu à pied au village, dans 1m50 de neige

Marie Thérèse Couldouille commence donc sa vie dans les bras d’Albertine Malepell, la sage femme, et entre immédiatement à la fois dans notre monde mais aussi dans celui d’Albertine qui avait déjà dans ce coin reculé de la France et du Capcir la réputation de parler avec les morts et les astres. Une sorcière bien aimée en quelque sorte.

La vie de Marie Thérèse à été certainement totalement chamboulée par cette première rencontre sur terre.

Nourrie au lait de la seule et unique vache du village, car sa mère Ernestine ne pouvait l’allaiter, Marie Thérèse a très vite grandi et s’est épanouie grâce à une santé de fer.  A 8 ans en 1925, Bartomeu, son père ayant décidé de revenir dans son Pays natal  l’ Andorre,  Marie Thérèse y fréquente l’école d’ Ordino, petit village Andorran, coincé dans la vallée du Valira.  C’est Yolande Gratacos, une institutrice d’origine Française (Foix)  qui lui enseigne sa langue officielle le Catalan, et celle des Pays voisins la France et l’Espagne. Dés sa 15eme année Marie Thérèse est totalement polyglotte et parle couramment le Catalan, le Français et l’Espagnol.

C’est en 1939 qu’elle rencontre l’amour en la personne de Dimitri Pechkov, un jeune combattant des brigades internationales (Russes) volontaire pour défendre les Républicains Espagnols face aux troupes Franquistes.  Dimitri lors de la déroute des troupes républicaines avait fui l’ Espagne en passant par l’Andorre, ou après avoir ‘perdu’ la guerre, il y gagna l’amour de la belle Marie Thérèse. Ce fut un coup de foudre qui unit ces deux cœurs avec autant de force que les coups de canon avaient désuni l’Espagne.

La noce fut splendide, et c’est toute la vallée d’ Envalira qui en garda longtemps le souvenir. Le voyage de noce entraîna nos tourtereaux vers le Pays d’origine de Dimitri et sa Capitale Moscou ou le père de Dimitri y était enterré depuis 1936.  Le père de Dimitri, qui s’appelait à l’état civil Alekseï Maksimovitch Pechkov était plus connu à Moscou sous son nom d’écrivain de Maxime Gorki.

Marie Thérèse et Dimitri vécurent à Moscou plus de 10 bonnes années, et l’aura littéraire du père de Dimitri permit au jeune couple de fréquenter les milieux fermés et décisionnaires de Moscou en cette époque agitée de guerre devenue mondiale.

Joseph Staline, alors petit père du peuple et grand dictateur à la fois, possédait outre une cruauté hors du commun, un sens de l’observation fantastique. Il décela chez Marie Thérèse les talents de voyance qu’elle ne définissait pas encore elle même comme tels.

En ces temps agités le ‘Dictateur’ des masses populaires Russes, utilisait alors les talents de voyance de la célébre Baba Vangavoyante à la fois aveugle et clairvoyante et prophétesse d’origine bulgare.   Devenue célèbre dans le monde entier Baba Vanga à quitté notre monde à 80 ans en 1996 non sans avoir prédit un fait qui s’est produit 15 ans après son trépas,  l’élection d’un Président Noir aux USA . Et pour une voyante aveugle et Russe, prédire un Président Noir aux USA ce ne peut pas être une prédiction due au seul  ‘hasard’.

Staline installa en 1942 Marie Thérèse dans un bureau au Kremlin prés de Baba Vanga et entre deux bureaux remplis de généraux et de maréchaux aux poitrails plus constellé d’étoiles et de médailles que le ciel Moscovite. .  Marie Thérèse y gagna le titre de Colonel en chef de l’armée populaire et participa grâce à son talent de voyance, aux décisions stratégiques militaires qui permirent de repousser les troupes Allemandes sur le front de l’Est.  Le général Joukov étant un de ses plus actifs consultant.

Dimitri perdit la vie dans ce que l’on appelle pudiquement aujourd’hui un camp de rééducation, et qui n’était qu’un Goulag ou il fut envoyé par Staline, pour de prétendues ‘dettes de jeux’.   Marie Thérèse comprit alors, plus qu’elle ne vit par son don naturel, l’énorme cruauté du Stalinisme, ayant tantôt la douceur d’un oreiller en plumes, mais pouvant subitement se muer en véritable cilice de contrition monacale, avec toute la rugosité mortifiante qu’il génère.

Mais la, on s’égare de notre démarche divinatoire de ce début 2017 auprès de Marie Thérsése Coudouille..

Devenue Veuve Marie Thérèse n’a eu de cesse que de prévoir son retour au pays Andorran dans sa vallée du Valira et son village d’Ordino.  Elle réussit quasi miraculeusement, (le récit serait trop long a expliquer ici), à échapper aux griffes du Dictateur Russe en 1951, grâce à un diplomate Chinois Yan Peï Tchuping.    Marie Thérèse à peine arrivée à l’aéroport de Barcelone le samedi 8 décembre 1951, y fut accueillie et récupérée par ses cousins Sergi et Xavier, venus en taxi depuis l’Andorre.  C’était ce jour la Joan Couldouille qui était au volant de la splendide Levassor 6 cylindres le taxi qui transporta la rapatriée  Marie Thérèse et ses cousins de Barcelone à Ordino.  Ce voyage fut à la fois pénible, car les routes n’avaient pas à l’époque le confort des autoroutes actuelles, mais il fut surtout le théâtre du  deuxième coup de foudre de Marie Thérèse, alors Veuve Pechkov, pour ce fringant pilote de la Levassor, dénommé Joan qui était le fils de Xidro Couldouille le garagiste et Taxi  d’ Ordino qui avait assuré le transport.

L’effet flash fut immédiat, et c’est rapidement chez la famille Couldouille que posa ses (sa) valise Marie Thérèse.  Deux mois après les noces étaient fêtées et Vve Pechkov devint Mme Couldouille à la Mairie d’Ordino.

Les Bourricots ont rencontre cette centenaire dans son chalet d’ Ordino, ou elle est encore consultée par diverses sommités politiques et artistiques mondiales, et ou elle assure bénévolement le délicat rôle de voyante officielle du Principat d’ Andorra.  Nous avons été introduits auprès de Marie Thérése grâce à l’amitié du ministre des relations internationales d’Andorre, le Banquier Carles Bartomeu.  Il nous y a laissé une demi journée entière en compagnie de Marie Thérèse et de son aide soignante, car le poids des années et des épreuves ont passablement transformé et affaibli l’énergique Marie Thérèse née en 1916 à Espousouille.

Que nous a dit sur 2017 Marie Thérèse ?

Si jusqu’ici en suivant le cours tortueux de ce récit vous avez cru notre histoire, on peut sans crainte ni exagération penser qu’on peut facilement vous raconter n’importe quoi comme prédictions, et vous les avalerez sans aucune difficulté. C’est pareil en politique.

Voila en quelque sorte sommairement imagée la technique de la voyance.  Toute cette longue, et tellement improbable histoire, parait à ce point précise et détaillée, qu’elle en devient réaliste et impose à votre bon sens anesthésié l’authentification de l’énoncé final.

Non ! Non ! Non !  Marie Thérèse Couldouille n’existe pas, si ce n’est dans notre imagination, et un peu aussi dans la votre puisque jusqu’ici vous n’avez demandé qu’à y croire.   Les Bourricots sont désolés de rompre ce charme, mais les Voyant(e)s ne sont plus considérés comme des Charlatans dés qu’ils sont consultés.

La consultation est la première marche de l’escalier de la croyance dans l’immeuble de la voyance

Les Bourricots n’aimant pas les escaliers, la seule voyance qu’ils vénèrent est celle de Saint Thomas, ou tout au moins celle qu’on lui attribue :  « Ne croire que ce que l’on voit ».   Formule à laquelle les Bourricots ajoutent prudemment « et que l’on peut vérifier« .

Vérifier c’est d’ailleurs ce qu’il y a de mieux à faire lorsqu’un Politique vous fait des annonces ou des promesses sous forme de visions d’avenir.

voyante2………………  Désolés, de rompre le charme  ………………..     …….. on espère sans rancune ……………. et à bientôt ……

 

a-burro-pia

 

 

 

C’était une blagounette 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s