L’emploi en Occitanie, et celui en Pays Catalan !

jobi-jobaLes EMPLOIS offerts au sein de la région Occitanie, voila un sujet de comparaison régional efficace et révélateur, qui montre bien plus que la revendication de reconnaissance de la caractéristique linguistique particulière et de l’appellation Catalane, sujet que certains revendiquent obstinément, mais sans grand succès, et qu’il est naturel de considérer avec sympathie.  Examinons l’offre d’emploi en Occitanie à la vue des chiffres fournis par un acteur indépendant,  la situation réelle de l’offre d’emploi sur notre nouvelle région au travers du site JobiJoba.

Pour se faire une idée de la fiabilité du site JobiJoba, il faut savoir que ce site est devenu le ‘Google de la recherche d’emploi’. Il concentre dans son moteur de recherche les offres de 400 sites d’offres d’emploi.  JobiJoba trie et classifie actuellement un million d’offres, soit 95% du marché national.

Si l’on regarde les chiffres fournis par le site JobiJoba sur le seul périmètre régional, on s’aperçoit que notre nouvelle région se confine à deux métropoles en ce qui concerne l’offre (et forcément la création) d’emplois.   La fusion de Languedoc Roussillon et sa ‘capitale’ Montpellier avec Midi Pyrénées et sa capitale Toulouse a évidemment élargi le problème, mais n’a pas réglé l’immense décalage entre les villes ‘capitales’ devenues à présent Métropoles, Toulouse et Montpellier, qui engrangent tous les avantages de cette situation et la myriade des autres villes moyennes qui les entourent et doivent se satisfaire des miettes ou des restes.

Ce phénomène n’est certes pas nouveau, mais il est aujourd’hui quantifié par JobiJoba et il démontre que notre nouvelle région qui a le privilège d’avoir dans son périmètre 2 Métropoles (Toulouse et Montpellier) voit comme seul débat économique « qu’elle est la répartition de la manne entre ces deux villes« .  Loin derrière, délaissées Nîmes, Perpignan, Montauban, Béziers, Albi, Carcassonne, Albi, etc etc.

Entend t’on dans le brouhaha politique permanent que gazouillent ministres, députés, sénateurs, maires, conseillers régionaux, etc, la moindre critique à cette accaparation éhontée des richesses au seul profit exclusif des 2 métropoles régionales ? ..  Bien au contraire tout ce petit monde ronronne en cœur, ou se chagrine vainement du nom de la région. Avez vous entendu ou lu, une intervention d’un conseiller régional (toutes étiquettes confondues) s’élever contre cette situation ?

Regardez, lisez, les débats régionaux, il n’est question sur les grands sujets économiques que de l’équilibre entre Toulouse et Montpellier. La répartition des structures administratives et politiques  régionales, des emplois administratifs régionaux, etc etc   Petit exemple à la fois récent et édifiant, le grand débat ferroviaire qui électrise la région Occitanie, n’est même pas le scandale du maillon manquant de la LGV entre Nîmes et Perpignan; c’est la liaison régionale vitale entre Toulouse Montpellier qui retient toute leur attention.

Le palmarès des  offres d’emplois dans les villes régionales, établi par JobiJoba est le suivant :

Très largement en tête :  1er Toulouse 91677 … 2em  Montpellier 27093 …

Puis largement distancées:   3eme Nîmes 18350 ..  4em Perpignan 7004  ..  5em Blagnac (banlieue de Toulouse) 6222 … 6em Colomiers (banlieue de Toulouse) 4870 …  7eme Béziers 4374 … etc etc

On voit bien ou se situent les pôles d’attractivité.  Il serait tout à fait anormal de se formaliser de ce qui se produit naturellement, c’est à dire que l’activité existante, attire l’activité,   tout comme l’argent attire l’argent.   On peut simplement se poser la question : QUID ! des déclarations des candidats aux élections régionales, il y à un an, prétendant tous dans leur programmes électoraux rétablir une harmonie et un équilibre dans l’économie régionale en jouant avec volontarisme sur les aides régionales aux territoires.

Certes Nîmes, Perpignan, Montauban, Béziers, n’attendent pas du jour au lendemain un rééquilibrage économique total aussi illusoire qu’utopique, mais un début d’inversion de la courbe des subventions économiques et autres serait  bienvenu et révélateur d’une volonté affichée, alors que l’on déplore que contrairement aux discours, la tendance continue invariablement à abonder massivement dans l’unique sens des ‘métropoles’.

La région peut elle nous fournir le tableau ou sont allé ces aides, leur objectif et leur montant. ?  Des décisions en ce sens d’un rééquilibrage régional  ?   Inutile de chercher, l’ Occitanie ne fait que recréer ce que le Languedoc Roussillon avait fait pour Montpellier, c’est à dire tout ramener à la ville centre anthropophage, Toulouse, au détriment des autres.  Seule variante,  cette fois l’ Occitanie a pour seul problème d’organiser cela entre Toulouse la Capitale régionale naturelle et Montpellier l’autre métropole et ancienne capitale.   Les autres n’ont qu’à se débrouiller par eux même, un enfumage, quelques beaux discours, quelques visites avec petits fours et apéritif calmeront ces bouseux de la campagne Occitane.   Bien sur même si c’est pensé ainsi, cela ne vous est pas dit de la sorte. Et les discours tenus par nos élites représentatives régionales et nationales, s’apparentent au succès musical mondial de Chico et les Gypsies Kings qui nous chantaient Jobi Joba avant de finir éventuellement avec Bamboléo .

La région Occitanie c’est Toulouse, Montpellier au centre d’un désert économique. 

Les chiffres fournis par le site JobiJoba sont explicites.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s