Le PRG est très embarassé ! …….. Parti Ridiculement Godillot

prgL’encore ministre et toujours patron de presse Jean Michel Baylet a tout a craindre du deuxième tour de la primaire de la ‘Belle alliance’.  Lui qui a réussi a confier les destinées de son particule personnel le PRG (Parti Radical de Gauche) en leasing a sa protégée Sylvia Pinel pendant son passage ministériel, voit de sombres nuages gris se profiler à l’horizon.  Le tout premier est très personnel.  Simplement en comparant le score qu’il avait lui même réalisé lors des primaires de la gauche en 2011 qui avaient alors réuni 2,1 million de votants, il n’avait réalisé seulement que 17055 voix, 0,64%, alors que sa ‘pouliche’ Sylvia, lors du grand prix de la belle alliance 2017, et alors même que ce grand prix rassemble que 1,5 million de spectateurs, rassemble sur son nom 31703 électeurs soit 1,98 % des voix.  Cette comparaison est peu flatteuse pour le grand stratège Radical.

Deux Efferalgan, et un Lexomil n’ont pas suffi pour calmer l’angoisse que ressent Jean Michel depuis qu’il a pris connaissance de cet affront que viennent de lui infliger les électeurs primaires de la Belle Alliance.  Rendez vous compte le Maitre qui fait moins bien que l’élève.  Car les Radicaux ont le sens inné de la juste mesure,   même dans des valeurs insignifiantes,  ils sont habitués aux pourcentages à deux chiffres, mais seulement derrière la virgule.  Devant 1 seul chiffre suffit.

Les Bourricots rassurent l’encore ministre, ce résultat obtenu par Sylvia Pinel est sans doute du au charme féminin qui a opéré en sa faveur,  alors que dans son cas en 2011, ce charme s’est concrétisé sur deux candidates féminines, Martine Aubry et Ségolène Royal.  Bien que le charme féminin ait certainement d’avantage joué pour l’une que pour l’autre.  Cette fois Sylvia était la seule représentante féminine et a concentré sur elle le vote des tenants exclusifs de la féminité de gauche.   Voila sans doute cher Jean Michel Baylet la raison pour laquelle, ta pouliche Sylvia a triplé ton score de 2011.  C’est pas la peine de tomber en dépression à cause de cela.

Le drame réel, car drame il y a, c’est le résultat probable de dimanche 29.  Il est fort a parier que Benoît Hamon va gagner le scrutin et de ce fait être le candidat exclusif des partis signataires de la charte de la ‘Belle Alliance’ donc du PRG.   Dans ce cas pauvre Jean Michel, ton groupuscule Radical va subir la plus importante hémorragie que les radicaux aient pu connaître depuis leur création.    La fine stratégie consistant a participer a ce scrutin,  pour derrière Sylvia Pinel regrouper la foule radicale et la placer derrière le vainqueur supposé du 1er tour Manuel Valls, est devenu une illusion.   On voit mal comment les radicaux ne fuiront pas l’engagement de leur parti a se placer derrière Hamon aux Présidentielles, et,  ventre à terre ils iront sans doute chercher refuge chez Macron.

Déjà pas bien garni en nombre de militants, et très centré géographiquement sur le ‘comté’ du Tarn et Garonne, le PRG va se réduire a vue d’œil a un PRG (Parti pour Rien Gagner).

Ce parti risque de disparaître alors même que dans notre beau département des Pyrénées Orientales sa Présidente Sylvia augmentait notablement son résultat par rapport à 2011.  Le score réalisé par  Jean Michel Baylet en 2011 était de 147 voix soit 0,78% des votants,  alors qu’avec un travail de terrain acharné, Sylvia Pinel affiche 247 voix soit 2,1% des votants.   Les Pyrénées Orientales sont emblématiques de ce renouveau du PRG (+100 voix en 5 ans), alors même que ce parti vit peut être son chant du cygne.  Comme les planètes absorbées par les trous noirs le PRG va mourir en pleine expansion. (c’est ballot, non ? )  Mais qui sont ces 100 électeurs supplémentaires du PRG dans les Pyrénées Orientales ?  Un avis de recherche est programmé !

Le fin stratège Jean Michel Baylet qui a finement piloté cette difficile étape de fin de monde politique qui va certainement acter la disparition de tous les anciens partis, n’aura pas réussi a mettre son particule radical à l’abri de cette révolution politique. Depuis 1981 le PRG sera resté le Parti Ridiculement Godillot d’un PS qui l’entraîne dans sa mort.

On rassure les lecteur, c’est pas grave, le ‘Monde‘ s’en tirera même sans le PRG et sans Jean Michel Baylet ministre..  Pour ce qui est de la Dépêche et de l’ Indépendant, l’avenir saura nous le dire.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s