Sablé sur Sarthe, c’est Verdun ! ….. Et Fillon c’est le Général Nivelle

rigoladeNos arrières grands pères ont tous, du moins les survivants, gardé longtemps en mémoire ce que fut l’horrible champ de bataille de Verdun. Un amas informe de ruines et de cadavres.

Nos arrières grands pères ont certainement pu apprécier ce qu’était le général Nivelle. Celui qui embourba l’armée Française à Verdun avec la mauvaise stratégie de l’offensive malheureuse du Chemin des Dameen 1917.  Il a d’ailleurs été congédié sans gloire au bout de quelques mois.

Et bien comment ne pas faire le parallèle entre Verdun et Sablé sur Sarthe, dont la discrète et solide réputation de coin tranquille de province vient d’être ravagée par les bombes de l’actualité.  Et comment ne pas illustrer la contre attaque du « Chemin de la Dame Pénélope »  du général Fillon, avec la catastrophique offensive du « Chemin des Dames » menée par le pitoyable général Nivelle.

Hier Georges Fenec député Républicain du Rhône et ex magistrat exprimait un sentiment général dans le parti Républicain en définissant de « Caduc » le résultat de la primaire et en souhaitant d’urgence trouver un autre candidat des Républicains pour la Présidentielle. Cette intervention tonitruante était fondée à ses dires «non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral »   En réponse François Fillon Nivelle demande a sa troupe de lui concéder encore quinze jours, pour qu’il puisse contre attaquer l’incroyable « coup d’état institutionnel » qui a été monté contre lui par … ‘la gauche’
A ce stade d’incompréhension du problème, on ne peut qu’être pliés de rire !

De plus qu’il arrive a faire avaler des arguments pareil a son propre parti, démontre la faiblesse de ce qui se prétendait hier encore « un grand parti ». Et qui se laisse ‘totalement’ entrainer dans la noyade générale, avec celle personnelle de son leader, sans même avoir le réflexe de la bouée de secours.   Georges Fenec disait en parlant a ses collègues députés, nous ressemblons a l’orchestre du Titanic qui jouait toujours pendant le naufrage . L’image est parfaite, les musiciens sont tous morts noyés.

Qui peut donner le moindre crédit a des justifications pareilles ?  Un coup d’état institutionnel fomenté par la gauche !

Venons en aux choses sérieuses.  Non seulement il ne répond pas aux accusations de la Presse, mais la Presse elle même s’amuse avec ses propres contradictions comme un chat s’amuse avec une pelote de laine.   Ce soir Jeudi dans l’émission ENVOYE SPECIAL d’antenne 2, à 20h50, sera diffusé des extraits d’une interview que Penelope Fillon avait  accordée en mai 2007 au journal britannique, le Sunday Telegraph, dans laquelle elle déclarait : « Moi, je n’ai jamais été l’assistante de mon mari et je ne me suis pas non plus occupée de sa communication » Cela met a mal la fonction pour laquelle elle était rétribuée et qu’elle occupait théoriquement depuis 1993.

Les enquêteurs pour leur part ont exhumé un contrat de travail en CDI du 7 avril 1998 et valable jusqu’en 2002, sur lequel le lieux de travail de la salariée Pénélope comporte deux mentions manuscrites différentes. La première adresse correspond a l’adresse de la permanence du RPR au Mans, la seconde rajoutée et manuscrite, c’est le domicile de Mme Pénélope Fillon.  A la première adresse personne n’a souvenance de la moindre visite de l’attachée. Et pourtant la contrat la rattachait a cette adresse. pourquoi ?

A chaque élément nouveau trouvé, il ressort plus de nouvelles interrogations, que de réponses aux accusations portées.

Parler d’attaques et d’un complot digne d’un coup d’état fomenté par la gauche, est une énorme absurdité qui n’a pas de sens.

D’abord c’est faire bien trop d’honneur a une gauche qui sait qu’elle a perdu toute chance aux Présidentielles, et qui se perd totalement dans ses propres fractures.  Ensuite les faits rapportés par le Canard Enchaîné semblent fondés. La seule difficulté qu’éprouve Fillon a les contredire est parlant. Sa propre défense maladroite et peu convaincante se retourne contre lui,.

Sa position fait penser à Louis XVI au 14 juillet 1789.   La Bastille tombe aux mains des insurgés Parisiens. Le Duc de Liancourt vient en informer le Roi. Celui-ci lui demande : « Mais, c’est une révolte ? » ; et Liancourt de répondre au Roi, de manière visionnaire : « Non Sire, c’est une révolution ! »   Aujourd’hui Louis XVI c’est Fillon, et Lioncourt c’est Geoges Fenec..  Cela se terminera un peu plus tard pour le Roi et ses courtisans sur l’échafaud, maintenant heureusement devenu électoral.

Ci dessous le « fameux’ contrat CDI de Pénélope

contrat-penelopeBien sur :  vous n’avez pas à juger !    Appréciez simplement

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s