2017: la fête des ‘PETITS’ Maires dans les Pyrénées Orientales

Les petits maires sont la piétaille du personnel ‘politique’. Ils vivent sur place dans leur minuscule village, souvent dans l’arrière pays, oublié de tout, sans boulanger, sans épicier, sans poste, sans école, juste une mairie improbable, un budget équivalent a celui d’une famille de Français moyen, mais tous les cinq ans une énorme fierté, leur voix compte autant que celle de la capitale régionale, ou celle du maire de Paris.

Ils voient défiler dans leur très modeste mairie, a moins qu’ils ne les reçoivent directement chez eux, à leur domicile, sur un coin de table dans la cuisine, des ‘représentants’ des candidats à la fonction suprême, Président de la République.  Un peu comme si un Pape désirant être élu Pontife, faisait le tour de toutes les toutes petites paroisses pour obtenir le nombre de parrainages. Eux c’est les candidats Présidents qu’ils reçoivent et parrainent, ce qui ne veut absolument pas dire qu’ils voteront pour eux ensuite le jour du scrutin.   Ils font simplement office de filtre démocratique au pluralisme.

Lors des dernières Présidentielles en 2012, sur les 42000 élus (Maires Députés Sénateurs Conseillers Généraux) habilités a parrainer,  15000 d’entre eux avaient attribué leur précieuse signature à un candidat.  Certains candidats en ont eu 10 fois trop, et d’autres en manquent cruellement.  Aux « parrains » de faire le tri entre les sérieux et les fantasques, les représentatifs et les rigolos, ou pour faire direct et brutal, comme l’expliquait un petit élu,  entre les casse pieds et les casse ‘Coui**es’.  Ce travail de tri doit permettre la représentation au poste suprême Présidentiel de toutes les composantes de la nation.

Il faut dire qu’à ce jour dans notre département 6 « petits Maires » ont eu le courage de parrainer Philippe POUTOU, le seul candidat réellement ‘ouvrier’ et non professionnel de la politique. Certes il a déjà été candidat en 2012, et avait réalisé que 1,15%, et terminait 8em sur les 10 candidats.   Peu importe, pour la forme que le seul candidat réellement ‘ouvrier’ sans être professionnel de la politique ne puisse pas avoir ses parrainages serait scandaleux pour la France.  Ceux qui se prétendent uniques défenseurs des ‘Travailleurs’ et qui en ont même fait un métier à la tête de leur parti, les Mélenchon, les Hamon, etc , sont à la tête de partis politiques certes discrédités, et ayant de moins en moins de travailleurs, a l’exemple du Parti Communiste, auquel il ne reste pratiquement comme ‘travailleurs’ que ses seuls propres salariés qui éditent le journal confessionnel « Le Travailleur Catalan ».

Philippe POUTOU n’a pas encore obtenu ses 500 signatures et le temps presse. Il faut déjà remercier les 6 maires des Pyrénées Orientales qui du haut de leur petite mairie ont parrainé le ‘seul’ candidat ouvrier.   Il s’agit de Sébastien NENS maire de Canaveilles 45 habitants ; Yann OHEIX maire de Boule d’Amont 62 habitants ; Eric NIVET maire de Jujols 46 habitants ; Maya LESNE maire de Tordéres 159 habitants ; Michel SANTANACH maire de Sauto 93 habitants ;  Pascal ESPEUT maire de Conat 54 habitants.  Bravo !  Vous avez par votre parrainage permis qu’un ouvrier porte une parole différente de celle des partis qui prétendent parler en leur nom. Pour le reste, la qualité de son argumentaire, etc etc , bien sur il revient à chacun de se faire un jugement. mais au moins on l’aura entendu.

Une Présidentielle sans ‘vrai travailleur’ comme Philippe  POUTOU serait comme un aquarium public rempli de requins et sans aucun hippocampe.

Par ces parrainages de Philippe Poutou, ils vont permettre d’entendre un vrai ouvrier parler d’égal à égal avec les Hamon, Mélenchon ou son hologramme, et autres, qui prétendent parler pour eux.  Ce sera certainement très instructif, et désacralisant pour ces derniers.

Mais en 2017, les petits maires auront d’autres visites ‘intéressées’

En effet notre département des Pyrénées Orientales, doit renouveler en septembre ses représentants au Sénat.  Et pour élire les sénateurs, ne votent que les élus. Les petits maires qui ne représentent que peu d’électeurs aux législatives vu la population de leurs petits villages, représentent aux sénatoriales une majorité de votants.  Ils vont donc voir défiler dans leur mairie, les candidats aux Sénatoriales, venir pour les sortants qui se représentent (car la place de sénateur est excellente) leur dire que dans leur ‘mission’ ils n’arrêtent pas de penser à eux, à leur commune etc etc. Peut être une promesse de subvention ou de médaille à un titre divers, quelques ronds de jambe, la main amicale mais intéressée sur l’épaule,  la promesse d’une invitation à visiter le sénat, tout frais payés, et l’assurance d’être perpétuellement à leur service.  Voila d’avance ce qu’ils vont entendre et qu’ils entendent tous les 6 ans en cette occasion sénatoriale.

Ils sont vraiment gâtés cette année 2017 nos petits Maires des Pyrénées Orientales. 

Ils vont finir par prendre la grosse tête et se sentir importants.

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “2017: la fête des ‘PETITS’ Maires dans les Pyrénées Orientales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s