Manuel, c’est de la dynamite !

Il voulait le faire, il l’avait annoncé, il vient de le réaliser !Que peut on reprocher à Manuel VALLS ? d’avoir trahi ? …….   La trahison est un outil précieux en politique, Jacques Chirac en son temps en avait montré une maîtrise et art particulièrement raffiné.

Manuel avait dit en février 2016   » Il y a des positions irréconciliables à gauche, et il faut l’assumer  » .. L’ assumer, c’est apparemment ce qu’il vient brutalement de faire.  Mais certains se demandent naïvement : Pourquoi aujourd’hui, avant le 1er tour, alors qu’il suffisait d’attendre que Hamon sorte avec un lamentable 10% de voix pour appeler a faire barrage à Marine Le Pen en votant  Macron ?

Cela aurait été une solution du style de l’ancien PS,  celui qui lisse les différences et qui masque les contradictions pour continuer à rester ensemble par intérêt électoral.   De ce genre de compromission VALLS n’en veut plus,  et il préfère provoquer l’explosion avant le 1er tour que jouer les faux semblants et les arrangements entre ‘tendances’ qui auraient suivi la défaite évidente de Benoît Hamon.

Certes on peut l’accuser de trahison, comme le vocifèrent  Martine Aubry et beaucoup d’ autres vieux apparatchiks, habitués a des consensus d’apparence tout en aiguisant leurs canifs pour poignarder dans le dos.   Manuel Valls,  il la joue à la Toréro, face au taurillon Hamon et aux frondeurs, il n’a même pas caché son épée avec la cape, il est allé direct franco au ‘descabello’ sans même poser les banderilles.

Le traitre peut dire qu’il a été sans détours, franc et direct dans sa trahison, ce qui est vraiment  rare en politique.

Mais pourquoi a t’il précipité l’explosion.   Justement parce qu’il pensait possible qu’il n’y ait pas de déflagration et qu’une fois de plus, et une fois encore, ces soi disant socialistes qui ne partagent pratiquement rien entre eux si ce n’est la soif d’être élus, ne s’arrangent petitement pour continuer d’exister ensemble.  Avec sa sortie, c’est plus possible. Il va constituer d’ici les législatives une force politique, qu’il baptisera Socio Progressiste, Socio réformiste, ou Socio Démocrate.  Il espère obtenir derrière lui un groupe de 50 à 60 députés qui constitueront la charnière permettant de peser dans une future majorité réformiste composite.

Le reste qui continue de s’appeler Parti Socialiste, est tellement dévalué et tellement ratatiné par Mélenchon, qu’il considère cela comme insignifiant et totalement décalé du monde actuel. Un relent de marxisme subsistant dans l’ère d’internet.

Voila à gauche, la recomposition a commencé.  La droite va immanquablement devoir le faire aussi .. 

Pour l’histoire, chers lecteurs rappelez vous du 29 mars 2017. 

C’est le jour ou Manuel Valls a fait exploser le PS de Mitterrand.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s