2017 : un vieux rendez vous de 1958

2017 : c’est 1958 …. 59 années plus tard…. Mêmes causes, mêmes effets et solutions ? ..

Les plus jeunes lecteurs ne peuvent pas comprendre instantanément,  il faut piocher dans les livres de l’Histoire récente de notre beau Pays la France, pour y trouver l’explication.  Il suffit de remonter 59 années dans le temps et l’on trouve de fortes similitudes dans la situation économique et surtout politique, entre la France de 1958, celle de nos grands parents et parents, et celle d’aujourd’hui en 2017. Brossons en sommairement les tableaux respectifs afin que certains remettent leurs souvenirs à jour, et d’autres apprennent un chapitre peut être trop vite oublié, mais certainement instructif de l’histoire politique nationale ..

La France en 1958

Un pays en crise économique, proche de la faillite, ayant un personnel politique pataugeant allégrement  dans le marigot parlementaire, permis par des institutions qui permettent les pires compromissions à un personnel politique totalement discrédité.  Il faut y rajouter la crise de fin de l’empire colonial, et l’ébullition en Algérie.

La France en 2017

Un pays en crise économique, proche de la faillite, ou un personnel politique minoritaire se partage alternativement le pouvoir grâce a des institutions qui donnent à l’ UMPS les clés de la majorité parlementaire en n’ayant que 25% de voix.  Ces partis étant aux mains d’une caste de politiciens professionnels, inamovibles, discrédités et pour certains corrompus. Ajoutez y la crise de l’ Union Européenne, provoquée par les mêmes politiciens qui y trouvent avantageusement les excuses et justifications à leurs propres déboires économiques nationaux.

Est ce que ces deux situations ne sont pas très semblables ?

En 1958, c’est le Général De Gaulle qui a décidé de revenir au service de la France, pour faire table rase du vieux personnel politique d’alors qui se vautrait dans des coalitions d’opportunisme, pour créer une nouvelle majorité, faisant fi et refusant le faux clivage institutionnalisé ‘Droite Gauche’ et porter aux responsabilités une nouvelle génération d’hommes politiques nouveaux plus jeunes et compétents.

En 2017, c’est Emmanuel Macron qui suit la même démarche au service du Pays.  Il souhaite faire table rase des vieux politiciens professionnels qui ont entraîné la France dans l’état ou elle se trouve, tant au niveau économique que celui du blocage politique et social que l’on constate aujourd’hui et qui empêche toute réforme ou évolution.  Il fait fi (lui aussi) du faux clivage ‘Droite Gauche’ qui favorise le blocage social et les rentes de situation politique avec le système électoral actuel de scrutin majoritaire uninominal à deux tours.  Macron annonce souhaiter porter avec lui aux responsabilités, une nouvelle génération d’hommes politiques nouveaux, plus jeunes et compétents, qui auront à inventer et à façonner la France dans laquelle ils vivront demain.

Macron Président c’est probable,  Mais avec quelle majorité ?

En 1958, le général De Gaulle, n’avait certes pas eu la majorité a lui seul a l’assemblée nationale. Mais l’élan constitué par son mouvement Union Nouvelle République (UNR), a permis à sa majorité relative menée par Michel Debré de trouver facilement des alliés auprès de transfuges des vieux partis. u sein du  Mouvement Républicain Populaire (MRP) de Pierre Pfimlin  et  de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO) de Guy Mollet, il trouva les compléments qui lui ont permis de réformer le pays en cessant d’employer les même méthodes et recettes politiques qu’avant, qui consistaient à faire toujours pareil, avec toujours les mêmes hommes politiques.

En 2017, c’est certainement de la même façon qu’Emmanuel Macron même sans majorité absolue aux législatives, aura imprimé un élan suffisant pour constituer une coalition permettant hors du vieux clivage stérile et dépassé ‘Droite Gauche’ de trouver les appuis nécessaires auprès de jeunes élus, transfuges d’anciens partis UMP ou PS afin de constituer une majorité réformatrice.

Les prochaines législatives seront bien plus ouvertes que prévu.

Cette fois la majorité traditionnellement donnée au vainqueur de la Présidentielle ne sera sans doute pas automatiquement au rendez vous.

Macron et son mouvement En Marche, investiront certainement 577 candidats issus des plus de 17000 demandes d’investitures envoyées par internet issues de néo soutiens récemment émoustillés par la politique.  Ce sera un melting pot qui certes permettra à quelques candides candidats néophytes de se hisser au parlement, mais il en faut bien plus pour faire une majorité.  Les partis traditionnels PS et UMP devenu LR feront sans doute un dernier tour de piste avant disparition totale. Ils ont déjà investi leurs candidats pour cela..  Dans notre département des Pyrénées Orientales, et dans l’ordre des circonscriptions : Daniel Mach, Fernand Siré, Danièle Pagés, Jacqueline Irles pour l’UMP.  LR … et Jacques Cresta, Marie Pierre Sadourny, Ségolène Neuville et Alexandre Reynal pour le PS.   Si les électeurs trouvent ces choix judicieux et conformes à leur désir de renouveau et de changement, ils n’ont évidemment qu’à voter pour eux.  Au cas fort probable ou ces choix ne satisfassent pas le souhait de changement de logiciel politique qu’aura exprimé la Présidentielle, ce sera alors le moment d’examiner les autres candidats.  Bien sur ceux d’En Marche, issus d’internet, ou l’on trouvera certainement aussi bon nombre de fantaisistes, mais également les autres candidats spontanés.  Dans ce choix législatif c’est l’électeur qui confectionne le périmètre de la majorité qu’il souhaite donner au Président élu un mois auparavant.

Il y à dans les vieux partis quelques jeunes politiciens émergeants de talent chez les Républicains ayant soutenu JUPPE ou chez les Socialistes ayant appuyé VALLS, lesquels bien qu’élus sous leurs couleurs respectives pourront permettre de constituer un groupe majoritaire de progrès  qui tout en permettant d’éloigner le spectre Frontiste de Marine Le Pen positionnera enfin la France sur une trajectoire réformiste consentie et réaliste.

Alors si vous avez compris pourquoi et surtout comment 2017 arrive 59 ans après 1958.  Il ne vous reste plus qu’à aller voter aux Présidentielles, puis ensuite aux Législatives, en conservant dans votre choix ces critères de renouveau de compétence auquel on peut rajouter aujourd’hui d’honnêteté.

Votre choix pour la France aux Présidentielles et aux Législatives .   Peu importe la casaque ou le drapeau, la seule chose qui compte :

HONNÊTE .. EFFICACE .. COMPETENT

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s