A LIRE ABSOLUMENT avant d’aller voter !

PERPIGNAN : Le grand débat sur la Présidentielle à finalement eu lieu.
Il fallait prendre une initiative d’éclaircissement politique, et les Bourricots en ont pris la responsabilité.  Perpignan méritait la tenue d’un GRAND DEBAT POLITIQUE sur l’élection phare de la vie Française : la Présidentielle.

Rien n’avait été organisé par les partis et les candidats, pourtant très nombreux.     Il fallait évidemment donner les éléments de jugements indispensables à une population Perpignanaise qui oscille entre le doute, le découragement, le désespoir, ou une sorte d’hilarité démentielle fort inquiétante, car souvent provoquée par une addiction particulière à des produits illicites.

Les Bourricots ont mis face à face deux techniciens de la vie politique, deux vrais professionnels, reconnus par tous et distingués par certains. Le débat s’est tenu en public, 8 personnes, triées sur le volet parmi un panel de 42consommateurs, dans l’arrière salle d’un café connu et reconnu à Perpignan.

Face a face le POLITOLOGUE Jean François Saintignon et face à lui,  l’ IMPOLITOLOGUE Marcel Cousteille.   Deux brillants débatteurs qui nous ont régalé l’auditoire de leurs analyses totalement opposées, mais tellement agréables à entendre.  Deux écoles de pensée économique, sociale et culturelle.   Les interventions du public étaient bien sur interdites, mais le débat était animé par deux réanimateurs, Melle Veronique Tamére du journal Le Cri Cérétan  et Germain Aupanier de la revue des Deux Mondes.

On ne peut ici que résumer ce long débat dont la longueur n’a nullement nui à la qualité. Il s’est terminé tard dans la nuit, le tavernier désirant fermer l’établissement a mis un terme a ce passionnant face a face aux environs du 12 ou 13em verre de l’hydromel local baptise ‘Muscat’.

EN RESUME, ce qu’il fallait absolument retenir de ce passionnant débat

Vouloir la Lune c’est un désir certes louable, mais qui répond a une frustration par un objectif, illusoire, inaccessible, trop exigeant pour les possibilités réelles. Cette demande d’obtenir l’inaccessible, tout de suite, se heurte toujours au mur des réalités.  L’impolitologue Marcel Cousteille représentait cette position d’utopie, qui est visible à la fois sous sa forme de ‘promesse irréaliste’ ou plus vicieusement de ‘propositions démagogues’. Des candidats s’en sont fait de vrais spécialistes.  Le Benêt Benoît, avec son salaire universel, l’envoutant Jean Luc, l’apôtre de Castro et de Chavez, qui s’est mué cette fois en véritable magicien hypnotiseur de masses. Ils sont tous les deux de brillants candidats sur le registre « faire rêver à l’impossible pour mieux décevoir au réveil« .    Le politologue Jean François Saintignon lui dans un registre plus rationnel, laissant la part du rêve a son collègue n’a eu qu’a séparer le bon grain de la morale de l’ivraie du mensonge.  C’est exercice fut rapidement exécuté en mettant face aux propositions de François F, ou celles de Marine LP leurs pratiques parlementaires douteuses et le népotisme familial.   Oups Oups pour certains ce moment fut pénible, mais crucial.

Voila donc le résumé : Faut il se laisser entrainer à voter pour des jolies propositions que l’on sait totalement irréalistes, ou catastrophiques, mais qui sont agréables a entendre. Ou faut il sagement dans la frange du possible, choisir celui qui en obtiendra la plus grande part, sans tout casser, mais en adaptant le besoin a la possibilité du moment.

C’est à la fin du débat lorsque le tavernier Bernard Lamousse venait gentiment nous demander de libérer le local, après avoir libéré la parole, que dans un ultime éclair de lucidité, comme seules les femmes peuvent avoir, que Véronique Tamére l’animatrice du Journal Le Cri Cérétan eut le mot de la fin, en rappelant une fable de Jean de la Fontaine, à ne pas confondre avec Brice Lafontaine un poète politicien connu a Perpignan pour avoir été municipalement  licencié.

C’est la célèbre fable LE HERON qui résume le mieux la situation politique a 12 jours du scrutin, nous dit elle, avant de nous la réciter séance tenante.

     …… LE  HERON …..

Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
Le Héron au long bec emmanché d’un long cou.
Il côtoyait une rivière.
L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours ;
Ma commère la carpe y faisait mille tours
Avec le brochet son compère.
Le Héron en eût fait aisément son profit :
Tous approchaient du bord, l’oiseau n’avait qu’à prendre ;
Mais il crut mieux faire d’attendre
Qu’il eût un peu plus d’appétit.
Il vivait de régime, et mangeait à ses heures.
Après quelques moments l’appétit vint : l’oiseau
S’approchant du bord vit sur l’eau
Des Tanches qui sortaient du fond de ces demeures.
Le mets ne lui plut pas ; il s’attendait à mieux
Et montrait un goût dédaigneux
Comme le rat du bon Horace.
Moi des Tanches ? dit-il, moi Héron que je fasse
Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ?
La Tanche rebutée il trouva du goujon.
Du goujon ! c’est bien là le dîner d’un Héron !
J’ouvrirais pour si peu le bec ! aux Dieux ne plaise !
Il l’ouvrit pour bien moins : tout alla de façon
Qu’il ne vit plus aucun poisson.
La faim le prit, il fut tout heureux et tout aise
De rencontrer un limaçon.

Ne soyons pas si difficiles :
Les plus accommodants ce sont les plus habiles :
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner ;
Surtout quand vous avez à peu près votre compte.
Bien des gens y sont pris ; ce n’est pas aux Hérons
Que je parle ; écoutez, humains, un autre conte ;
Vous verrez que chez vous j’ai puisé ces leçons

Merci d’avoir lu Jean de La Fontaine avant d’aller Voter

Le ‘BON SENS’ en politique c’est assez rare.   Il faut aller le chercher chez Jean de La Fontaine

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s