Mélenchon, l’ insouminable !

Le tribun de la Présidentielle, véritable phénomène de foire de l’élection, qui avait combiné une campagne mêlée de démagogie et de populisme, avec un tour de force de showman, vient de rater sa sortie. Il n’a pas su gagner, mais plus grave il n’a pas su perdre.

Son attitude au soir du 23 qui le place 4eme position de la compétition, l’a mis devant une telle déception que sa rage naturelle a repris le dessus sur le vernis de candidat policé dont il s’était paré.   Le vernis a craqué et est apparu le Mélenchon nature, éructant, rageur, impulsif , celui qui à hanté pendant des décennies les congrès du PS, dont il fut même un ministre.

La défaite a d’avantage révélé le candidat que la campagne.  En n’appelant pas à voter contre le Front National, au prétexte que les prétendus 450.000 militants de la France Insoumise ne lui avaient pas donné mandat pour cela, il révéle d’un seul coup toute l’ambiguïté de sa campagne.

L’insoumis devient l’ INSOUMINABLE !

Le Parti Communiste qui a fourni une grande part de la troupe insoumise, a très rapidement corrigé le tir et son secrétaire général Pierre Laurent a immédiatement dés le 23 au soir, appelé à voter Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen au second tour.  Il ajoutait même un commentaire lourd de sens vis à vis de Mélenchon : « Beaucoup ont oublié ce qu’était vraiment le Front national, mais nous, on ne transige pas là-dessus »

La carte ci dessous qui montre les communes ou l’Insoumis a réalisé un score entre 20 et 25% colle parfaitement avec la carte de l’électorat socialiste, issu du fonctionnariat ou de la fonction publique. Ce sont dans ces régions du grand Sud Ouest ou le PS en l’absence d’électorat ouvrier faisait le plein quasi exclusif de l’électorat ‘fonction publique’ principale constituante de l’emploi dans ces régions désertées par l’industrie, et ou seul l’état est le principal employeur.  L’électorat ouvrier des régions industrielles du Nord et de l’Est, est quant à lui, déjà depuis longtemps passé et est bien installé chez Marine Le Pen.

Ces ex électeurs socialistes qui ont quitté Benoit Hamon ont été séduits par le discours Mélenchon et sa nouveauté hologramesque auront bien du mal à suivre sa consigne et  ne pas choisir entre Marine et Macron.  Il est fort probable que leur réflexe républicain naturel qu’ils avaient au PS ressurgisse et qu’il votent massivement pour Macron à ce second tour.  En cela ils donnent tort à leur nouvelle idole le ‘gourou’ Jean Luc qui, tout à la rage de son éviction, n’en peut plus de pester. L’Insoumis est devenu Insouminable.

Difficile a rattraper ce genre de faute, surtout lorsque son auteur était il y à peu l’opposant auto désigné à Marine Le Pen qu’il était allé défier (sans succès) aux législatives de 2012 à Henin Beaumont dans la 11eme circonscription du Pas de Calais.   Il en est sans doute sorti vexé, car éliminé dés le 1er tour avec 21,5% de voix dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, loin derrière Marine Le Pen 42%, et Phillipe Kemel, le candidat socialiste 23,5%.  En 2012 Marine était le danger absolu, cinq ans plus tard ce ne serait plus le cas.  A qui Mélenchon pourra t’il faire croire cela ?

Il est aussi difficile de perdre glorieusement que de gagner difficilement.  Mélenchon a cumulé les deux défauts il a doublement perdu, difficilement dans les urnes, et par une déclaration peu glorieuse aux micros.   Les Insoumis ont de quoi douter d’un ‘Gourou’ pareil, un illusionniste beau parleur, mais très mauvais joueur, et très vieux politicien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s