Député c’est un mandat pour servir, pas un ‘métier’ pour en vivre

Il est important pour assurer le renouvellement générationnel et permettre à des compétences nouvelles d’exercer les fonctions électives nécessaires à la conduite de l’état, d’en finir avec les « Professionnels de la politique » qui ne vivent et n’ont pratiqué que la politique tout au long de leur vie.  Pour permettre cela, il faut instiller dans la loi les freins nécessaires pour combattre ces dérives qui consistent à perpétuer indéfiniment ses mandats en établissant au sein des partis qu’ils contrôlent les blocages nécessaires permettant d’obtenir leur objectif principal : « être un élu perpétuel « .  Seule la loi peut limiter ces dérives de comportements devenus un classique de la politique Française, et notamment dans notre département des Pyrénées Orientales.   Pour rétablir la confiance entre les élus et les électeurs, il faut obligatoirement moraliser les mœurs politiques par la loi.

La moralisation de la politique, est une des promesses immédiatement exécutoires qu’a exprimé le candidat Macron.  Chose promise, chose due, il s’y attèle immédiatement dés son élection, et dés avant les législatives des 11 et 18 juin prochain, il communique le menu qu’il propose pour cette épreuve de vérité, moralisatrice des mœurs politiques devenues irrespirables pour bon nombre de Français. Les dépenses incontrôlées de l’argent public, jointes à l’absence de résultat des politiques publiques ont ces vingt dernières années irrémédiablement exaspéré les électeurs. Entraînant même certains d’entre eux à exprimer des votes extrêmes par dépit.

Il fallait impérativement rétablir les règles qui permettent la confiance

Les toutes premières grandes lignes qui ont été divulguées  par le garde des sceaux Bayrou, sont la copie des pistes exprimées lors de la campagne présidentielle par Macron.  C’est une réponse à l’exaspération exprimée par les électeurs qui ne supportent plus les dépenses incontrôlées des élus, et les quelques faits de corruption avérées qui ternissent gravement la grande masse des élus plutôt honnêtes.

Il fallait une règle du jeu précise, la proposition de loi dite de retour a la confiance, plus que de moralisation, ne fait pas dans la demi mesure.Le projet de loi porte un titre parlant :

« restaurer la confiance des citoyens dans l’action publique »

Qu’elles sont ces premières mesures ?

La mise sous contrôle des remboursements de frais de mandats sur présentation de factures, jusqu’ici c’était une somme forfaitaire allouée mensuellement et non tenue au contrôle.

La suppression de la réserve parlementaire, un ‘système’ opaque privilégiant les élus sortants bienfaiteurs de bonne grâces électorales distribuées a leur seul jugement et profit électoral. Une sorte de privilège, une dérive clientéliste digne d’un autre siècle.

Le non cumul sera généralisé, et mieux encore le nombre de mandats consécutifs sera limité.

Plus précis le texte interdit aux parlementaires, comme aux ministres de recruter des membres de leur famille, ascendants ou descendants. Encore fallait il le préciser.

Une peine d’ inéligibilité sera créée pour les cas de condamnation pour fraude ou corruption.

Les activités de conseil par des élus, sans être totalement interdites seront strictement réglementées et encadrées.

Une modification de la constitution est nécessaire pour la suppression de la cour de justice de la république, instaurée exclusivement comme cour de justice spéciale pour les élus, ne peut qu’être  positivement accueillie par les français qui verront ainsi les élus passibles des mêmes juridictions que les électeurs.  Il en va de même pour la non automaticité des anciens présidents de siéger au Conseil constitutionnel.

Ajoutez à cela les réformes du dernier quinquennat, comme la création de la Haute Autorité de Transparence de la Vie Publique, et le tableau semble complet qui doit permettre une reprise de confiance entre les élus et les citoyens.  Cette confiance est à la base de la réussite des profondes réformes qui doivent être entreprises.

Excellente initiative que d’établir dés aujourd’hui le règlement qui concerne les élus qui vont siéger après le 18 juin. Il faudra sans doute encore quelques autres étapes, mais ce faisant la France effectue un grand pas qui la place au niveau des autres grandes démocraties Européennes.

La Promesse faite par Macron de couper totalement les ponts avec l’ancien monde politique est En Marche.

Depuis le 7 Mai la France a changé de Président, de Système politique, de panorama politique national, mais aussi de dimension internationale, il lui faut maintenant  inspirer et rétablir la confiance précédemment perdue entre ses élus et les citoyens.  Tout cela Macron le programme et le fait en peu de temps, mais il reste encore beaucoup de choses à faire à la nouvelle majorité qui va siéger à l’assemblée nationale.

Un vent d’optimisme semble envahir le pays, l’espoir est à la fois politique, économique et social, mais il est aussi important et fragile,  c’est aux Français de le consolider par l’expression de leurs votes aux législatives, en donnant une large majorité au Président Macron.

Après 30 années passées d’échec en échec c’est le quinquennat de vérité.  Il doit être réussi, sinon la prochaine Présidentielle sera offerte aux extrémistes.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s