Mr le Secrétaire général Adjoint à maintenant le sceptre du pouvoir.

Beaucoup ont peut être oublié, mais il y a seulement 5 ans un jeune inconnu était nommé secrétaire général adjoint de l’Elysée appelé a ce poste pour organiser la pagaille instaurée dans ce lieu sacro saint ou tout ou presque se décide, entrait dans un monde qu’il connaissait peu ‘la Politique’ lui qui après l’ENA avait choisi la voie dynamique et risquée de la banque d’affaire.  Emmanuel Macron était appelé a ce poste de secrétaire général adjoint de la Présidence, par François Hollande, dont en résumé on pourra dire que ce faisant il signait à la fois sa meilleure décision, et sa mort programmée.

L’œil vif et l’analyse acérée, le jeune secrétaire général adjoint a vu et compris les blocages qui figent le pays a ce niveau politique. Il a compris que gouverner c’était trancher, oser, décider chose difficile dans un système ou les partis, les syndicats, les lobyings, les rentes de situation étaient confrontées au manque de courage des dirigeants politiques.

Démissionnaire du secrétariat de l’Elysée ou il se sentait inutile dans ce monde figé et apeuré, il est rattrapé par le 1er ministre Valls qui en fait un ministre de l’économie en remplacement de Montebourg, englué dans sa fronde et puni pour sa célèbre cuvée du redressement.

A ce poste ministériel importantissime, qui est le centre névralgique ou se concentrent tous les maux dont souffre la France, Macron a vérifié dans le concret du ministère les blocages et les postures néfastes des partis politiques. Ses propositions de réformes ont vite été moulinées et broyées par la propre majorité PS gouvernementale et ses ‘frondeurs’, et bizarrement soutenues du bout des lèvres par une opposition qui avouait pouvoir les voter.

Tout ceci a confirmé dans l’esprit d’Emmanuel Macron que le mal Français était avant tout un mal politique, qui touchait ses partis et qui se nourrissait du clivage artificiel droite gauche.  Seuls les partis extrémistes profitaient de la situation en grossissant de la masse des électeurs déçus a chaque scrutin.  Ne rien faire c’était donner raison a Sarkozy qui en 2007 avouait publiquement que la mandat 1997 / 2002 de Chirac, était celui d’un « Roi fainéant ». Cette image était sévère, mais parlante., elle ne comportait pas néanmoins l’analyse de la cause, qui a valu a Sarkozy de faire lui aussi un mandat certes hyperactif, mais totalement improductif.  Les mêmes blocages produisent les mêmes effets.  A son tour Hollande, sa mollesse qu’il appelle sens du compromis en plus, à lui aussi échoué son quinquennat.

Alors Emmanuel Macron est apparu il y a peine plus d’un an dans le ciel politique Français.   Avec ses marcheurs, un micro parti fondé à Amiens, il a porté jusqu’à la victoire du 8 mai, une ambition et une stratégie pour la France. La fin du Bipartisme et la nécessité de réformer pour débloquer.  Les Français ont assisté a une campagne Présidentielle sidérante que même les scénaristes d’Hollywood n’auraient pu imaginer.  La droite qui s’est décomposé totalement, montrant au grand jour la fragilité de sa prétendu unité.  La gauche qui s’est explosé elle même, avec des candidats extrémistes, véritables khamikazes de la politique.  Et les extrêmes florissants qui ont réussi à hisser leur héritière politique au deuxième tour de la Présidentielle.

L’analyse froide et méticuleuse du mal Français qu’avait fait de son observatoire Elyséen Macron se vérifiait, et les électeurs lassés par l’incessant mouvement de balancier qui plaçait alternativement et sans résultats un Président de gauche ou de droite à l’Elysée, ont cru à ce jeune, énergique et courageux capitaine qui se proposait pour piloter la bateau France.  Le 8 mai 2017 il était élu Président,  le 15 mai il nommait Edouard Philippe à la tête d’un gouvernement de rassemblement dépassant les anciens clivages droite gauche. Et c’est très logiquement que ces 11 et 18 juin les électeurs, même fatigués par cet amoncellement de scrutins, lui donnaient une majorité de marcheurs.

Dans notre département des Pyrénées Orientales, le spectacle électoral entre le nouveau et l’ancien monde politique, a été sublimé par l’aveuglement des anciens partis, et notoirement de celui des ‘Républicains’.  Lesquels pensaient sans doute qu’en plaçant l’année dernière un coquelet a leur tête, en remplacement d’un brontosaure, et en le gardant sous tutelle des vieux grognards, ils avaient fait œuvre de rajeunissement.  Leur panel auto-désigné de candidats aux législatives, composé d’un sortant discuté, de deux revenants discutables, et d’une néophyte ayant déjà 35 ans de carrière d’adjointe, a eu un sort logique, noyé dans la vague de dégagisme et de jeunisme qu’à initié Macron et auquel l’électorat a adhéré. Ce pathétique combat de trop était à la fois prévisible et révélateur de la façon dont la politique partisane se concevait dans notre région.  Un monde nouveau semble faire exploser cela.  Seul sur une circonscription qu’il s’était gardé, la pressentant favorable, mais avec un score très serré, le frontiste Louis Aliot trouve enfin un fauteuil à l’Assemblée Nationale.  Le département aura donc une voix d’opposition dont on peut par avance douter de son efficacité pour faire avancer le territoire, son seul talent d’opposant perpétuel et systématique n’est pas porteur d’avancées économiques et sociales.

Et maintenant,  « AU TRAVAIL »  il est interdit de décevoir.

Et pour commencer dés ce mois de juillet, mois des vacances, c’est la réforme du code du travail, qui vous sera présentée et discutée. Elle consiste à redonner de la souplesse à un système ‘franco-français’ rouillé et verrouillé. Sur le fond cette réforme est totalement justifiée mais les syndicats qui le savent bien, entendent tout de même âprement la discuter dans les détails.  La France ne peut rester le seul pays au monde qui faute de réforme nécessaire courageuse, se contente de continuer à vanter un « modèle français » à bout de souffle, lequel se satisfait de structurer socialement un chômage de masse.

Mesdames Messieurs le députés un bel été de travail vous attend.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s