Ségolène Neuville veut redescendre du Canigou jusqu’à Perpignan.

Ségolène Neuville a déjà réalisé une belle descente en perdant dés le premier tour de scrutin son siège de député .    Elle a perdu son siège au palais Bourbon et se retrouve à présent désoeuvrèe en manque d’occupations, et seul son mandat de conseillère départementale du canton du Canigou (taillé sur mesure pour elle) lui donne à la fois une petite activité politique et un gros espoir de rebond.  Son emploi de médecin hospitalier n’arrive pas à combler son emploi du temps et à remplacer son secrétariat d’état auprès des handicapés.  C’est à son tour d’être devenue handicapée par ce renvoi brutal des ors de la République auprès desquels son conjoint Christian Bourquin avait réussi à la hisser en échange de la fusion des régions Languedoc Roussillon avec Midi Pyrénées. Tout se discute, tout se monnaye, tout s’arrange, mais quand le PS est au pouvoir.  Hors et elle ne semble pas s’en être aperçu, son parti le PS n’est plus au pouvoir, et ne lui dites pas elle en serait malade, son parti le PS n’existe même plus. Alors après avoir soutenu Valls aux primaires, puis Hamon à la Présidentielle, elle se soutien elle même pour les municipales de 2020.

Dans un petit recoin oublié du socialisme qu’est devenu le Conseil Départemental 66, lors de sa dernière séance, la conseillère du Canton du Canigou s’est exprimée sur son avenir en affirmant sèchement et avec sa condescendance naturelle :  « En 2020 aux municipales, je battrai Romain Grau à Perpignan »

Voila qui est dit en attendant d’être fait, et qui pour l’instant tient plus de la déclaration d’intention préalable que de la déclaration de guerre.

Descendre du Canigou pour conquérir la loge en escaladant le Castillet, c’est un peu le parcours de la flamme des feux de la Saint Jean, et comme cette flamme l’ex député Ségolène Neuville s’éteindra faute de carburant après la soirée enflammée qui marque le solstice d’été.

Ségolène Neuville en bonne Bourquinette, aura été une étoile filante dans le ciel Catalan. Parisienne de naissance, arrivée à Perpignan en 2005 propulsée conseillère générale du canton 5 en 2008, puis député en 2012, avant d’être secrétaire d’état en 2014.  Cette Bourquinette aura fait un parcours ultra rapide grâce au booster Bourquin.  Mais maintenant il n’est plus la, et la fusée est sans réacteur.

A moins que son Canigou à elle soit celui de la pâtée pour les chiens ? .  En attendant de descendre du vrai Canigou, peut être pourrait elle redescendre sur terre tout simplement.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s