Grandeur et décadence de Solférino … Une histoire bien Française …

Si la bataille de Solferino le 24 juin 1859 a  été une victoire des troupes de Napoléon III alliées aux troupes Italiennes du Roi Victor Emmanuel, contre l’armée Autrichienne de l’Empereur François Joseph qui occupait alors une grande part du Nord de l’Italie. Cette victoire a valu l’annexion par la France de la Savoie et du comté de Nice en échange de ce service au Roi Victor Emmanuel.

Si la bataille de Solferino a été également le lieu de ‘naissance’ de la Croix Rouge Internationale, grâce à Henry Dunant, un jeune banquier genevois de 31 ans, qui traversant le champ de bataille en toute fin de combat, s’indigne du sort fait aux blessés et organise de premiers secours. De retour à Genève, il lance un appel à l’opinion européenne dans un livre intitulé : Un souvenir de Solferino. Ce livre poignant et réaliste révèle la face cachée d’une victoire et surtout, il décrit la souffrance des victimes. La population est très touchée par ce récit, les frères Goncourt eux-mêmes s’inclinent devant l’émotion et le réalisme du récit.    L’empereur Napoléon III lui même s’entretint avec Dunant sur ce récit.  Quelques années après le 17 juillet 1863, avec quatre amis genevois, il crée une organisation internationale et neutre destinée à secourir les victimes de guerre, le Comité International de la Croix-Rouge  (CICR). Une conférence internationale aboutit à la signature le 22 août 1864 de la première convention de Genève  « pour l’amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne ».

Il en va tout autrement du symbole ‘Solférino’ au Parti Socialiste.  Le siège du PS est le monumental hôtel particulier de près de 3000 M2  au N° 10 de la rue de Solferino. Le PS a acheté en 1980 cet hôtel particulier à la GMF (Garantie Mutuelle des Fonctionnaires).  Ce bâtiment a une histoire d’avant le PS,  qu’il est tout de même bon de connaître, et qui est sans doute le lien qui a uni très longtemps le parti socialiste a son électorat très largement issu de la fonction publique.

En 1934, c’est la Fédération générale CGT des fonctionnaires qui à fait l’acquisition de l’immeuble situé au 10 rue de Solférino.  En 1940, les syndicats de fonctionnaires sont dissous par le régime de Vichy et leurs biens confisqués.  L’Hôtel particulier est alors ‘occupé’ par le ministère de l’Information (et de la collaboration) chargé de la propagande en faveur du régime de Vichy du général Pétain.  C’est dans les murs du N° 10 rue de Solferino que le 28 juin 1944 Philippe Henriot, ministre de l’Information, fut assassiné par un membre de la résistance.   A la libération en 1944 les fonctionnaires CGT reprennent leur bien jusqu’en 1978. Et c’est en 1980 que le PS Mitterrandien, alors en pleine gloire et aux portes du pouvoir acquiert auprès de la GMF le magnifique hôtel particulier du N° 10 rue Solferino, pour en faire son siège national.

C’est ce siège, et la rue Solferino ou il se trouve qui par métonymie désigne souvent dans les médias la direction du Parti Socialiste.

Mais comment va faire ce parti aujourd’hui à l’agonie pour conserver un pareil temple acquis au temps de sa splendeur.  Le dernier quinquennat à commencé sous le pouvoir absolu du PS.  Le Président de la République PS, la majorité PS à l’Assemblée Nationale, majorité au Sénat, la majorité des 22 régions métropolitaines PS, la majorité des conseils généraux PS, la majorité des grandes villes PS, et tout ça coordonné depuis le centre névralgique, le temple du socialisme, le N° 10 de la rue Solferino.

5 ans après, et devant le résultat obtenu par ce pouvoir absolu, il leur est arrivé la même chose qu’aux gouvernants précédents qui avaient eux aussi connu une période faste ou rien ne se comptait,  l’ UMP devenue par la suite les Républicains avaient eux aussi connu la descente aux enfers, qui continue d’ailleurs à les poursuivre devant l’entêtement de certains à nier les évidence, et la sclérose des idées due au non renouvellement des dirigeants.

Le PS est passé pendant la nuit du 18 au 19 juin de  293 députés sortants à 31 élus … Soit 262 députés sortis.  Sa dotation annuelle versée par l’Etat a chuté de 25 à 7 millions d’euros après les résultats calamiteux de la présidentielle et surtout des législatives.

Les locaux somptueux du N° 10 rue Solferino ont depuis beaucoup perdu de leur utilité, et de plus leur coût de fonctionnement est difficilement finançable. Le PS, ou ce qu’il en reste, se pose aujourd’hui la question par la bouche de son trésorier Jean-François Debat, (maire de Bourg-en-Bresse) : « le parti socialiste peut utiliser son patrimoine de deux manières : la vente ou l’hypothèque. Aucune décision n’a été prise dans un sens ou l’autre« .  La réponse est facile, au mieux il vend, au pire il hypothèque.  Le parti socialiste est à la fois mort et hypothéqué, on comprend que peu d’héritiers se pressent au portail.

 

Le 24/6/1859.

Pour Napoléon III Solferino était une Victoire

 

 

158 ans plus tard

 

Le 19/6/2017.

Pour le PS Solferino est devenu une ‘Hypothèque’.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s